Rallonger de 20 à 30 ans les délais de prescription des crimes sexuels à l’égard des mineurs 
13 octobre 2016
Mon intervention pour défendre l’article 38ter sur la pénalisation du négationnisme
14 octobre 2016

Sanctionner le négationnisme : la France envoie un message fort

Je me félicite que le Sénat ait choisi de sanctionner aujourd’hui en séance publique, dans le cadre de l’examen du projet de loi « Egalité et Citoyenneté, le négationnisme des génocides et des crimes contre l’Humanité, avec 156 voix pour, contre 146.

L’article 38ter du projet de loi visait à sanctionner la contestation de l’ensemble des crimes contre l’humanité ou des crimes de guerre, dès lors qu’ils avaient été reconnus par une juridiction. Lors du passage du texte en commission spéciale au Sénat, la droite majoritaire avait supprimé cet article. J’avais immédiatement déposé un amendement de rétablissement, repris par la suite par l’ensemble du groupe socialiste.

Je suis très satisfait qu’en séance publique une large majorité de sénateurs ait adopté cet amendement en dépassant les clivages politiques. Désormais, les sanctions concerneront tous les génocides. C’est une étape essentielle pour sanctionner les négationnistes et particulièrement ceux qui nient le génocide des Arméniens de 1915. 

Face à l’extrémisme qui progresse en Europe, face aux insupportables crimes de masse commis sous nos yeux au Moyen-Orient ou ailleurs, il était essentiel que la France envoie un message fort. C’est chose faite avec ce vote. Nous ne pouvons plus tolérer le négationnisme dans notre pays, et ce, sous toutes ses formes, car comme le disait Elie Wiesel « c’est tuer une seconde fois les victimes »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *