La réponse du ministre à ma question sur l'intégration des départements de la petite couronne au sein de la métropole du Grand-Paris
31 mai 2016
150 milliards d’euros d’austérité : le vrai visage de la droite
6 juin 2016

Les principales annonces du Président de la République pour nos communes

Capture d’écran 2016-06-03 à 11.09.19Jeudi, 2 juin 2016, à l’issue du 99e congrès des maires, le Président de la République a fait plusieurs annonces positives pour les communes et les intercommunalités de France.

En premier lieu, l’étalement sur deux ans de la baisse des dotations prévue en 2017. Une bonne nouvelle pour le bloc communal qui assure a lui seul près de la moitié de l’investissement public civil. Dans ce sens, le fonds exceptionnel pour l’investissement est reconduit et augmenté à 1,2 milliard, permettant de porter la Dotation d’équipements des territoires ruraux à 1 milliard. De plus une loi spécifique relative à la réforme de la Dotation Globale de Fonctionnement sera élaborée.

Le Président a également annoncé que, lors du prochain Conseil des ministres, l’état de catastrophe naturelle sera déclaré pour les territoires touchés par les intempéries et un fonds de soutien aux collectivités sera très rapidement activé.

En ce qui concerne les rythmes scolaires, l’accompagnement financier des communes pour sa mise en place est pérennisé et l’accès aux aides des caisses d’allocations familiales est simplifié. Pour Internet, 20 milliards d’euros seront investis sur 10 ans pour permettre à terme la couverture intégrale de notre territoire en très haut débit. Ainsi plus aucune commune ne sera privée de réseau fin 2017, et d'internet mobile 3G d’ici un an.

Les incitations financières qui ont permis de regrouper 1 090 communes en 317 sont prolongées jusqu'à la fin de l'année.

Enfin pour contrôler tout cela un Observatoire des finances et de la gestion publique locale sera mis en place.

De mon avis de parlementaire et de mes 13 années d’expérience à la tête de la mairie de Clamart, ces mesures vont dans le bon sens. Certes, la baisse de la DGF demande un effort important pour nos collectivités, mais l'état des finances publiques et les 600 milliards d'euros de dette laissés par Sarkozy, nous imposent de faire des choix. En outre, nos ambitions pour restaurer la compétitive de notre économie, pour renforcer l'éducation des jeunes, et surtout notre combat pour l'emploi, qui reste et demeure la principale priorité, justifient les choix du Président de la République.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *