Réduction de l’amplitude des horaires d’ouverture du bureau de poste à Clamart : ma lettre au PDG de La Poste
18 mars 2016
Débat sur Public Sénat sur la réforme constitutionnelle
21 mars 2016

Commémorations du 19 mars 1962

Demain, 19 mars, comme chaque année, nous commémorerons la fin de la guerre d’Algérie et nous rendrons hommage aux victimes de ce conflit. Je serai présent aux cérémonies organisées à Clamart, ainsi qu’à Nanterre devant le mémorial départemental. Pour moi, il s’agit avant tout de rendre hommage aux 27000 soldats français qui ont trouvé la mort dans ce conflit sanglant entre 1954 et 1962, et au-delà à toutes les victimes.

Ce 19 mars 2016 sera à marquer d’une pierre blanche. Pour la première fois, un Président de la République prendra également part aux commémorations. Il s’agit là d’un acte fort de François Hollande, qui sera apprécié des anciens combattants.

En effet, la reconnaissance de cette date, comme seule légitime, puisqu’elle est celle du cessez-le-feu (comme le 11 novembre 1918 ou le 8 mai 1945), a été un long combat, porté par la Fédération Nationale des Anciens Combattants d’Afrique du Nord (FNACA), depuis plus de 50 ans.

C’est un combat dans lequel j’ai toujours été engagé puisqu’en tant que Maire Clamart, dès mon élection en 2001, j’ai choisi de baptiser un « Square du 19 mars 1962 » et de faire voter un vœu en conseil municipal pour la reconnaissance de cette date.

Ensuite, élu Sénateur, je suis très fier d’avoir défendu et voté au Sénat la loi de décembre 2012 reconnaissant officiellement cette date comme « la journée nationale du souvenir et du recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc ».

Néanmoins, je constate avec déception que l’opposition de droite a encore décidé de faire de cet évènement une polémique inutile, notamment par la voix de Nicolas Sarkozy ce matin dans le Figaro. N’en déplaise à M. Sarkozy, le 19 mars est une date historique, qui rend hommage aux victimes de ce conflit.

54 ans après la fin de la guerre, les passions sont encore vives et les plaies mal refermées. Nous ne devons pas les instrumentaliser à des fins politiques. Nous avons un devoir de mémoire envers les victimes et d’accompagnement pour les survivants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *