Destruction de 750 logements sociaux à Clamart : Le gouvernement confirme qu’aucun accord n’a été donné
9 février 2016
Débat sur public Sénat sur la crise des migrants
17 février 2016

Mission à Lesbos, en Grèce, sur la question de l’accueil des réfugiés

 

Capture d’écran 2016-02-17 à 16.26.08En tant que membre de la Commission des lois au Sénat, j’ai effectué du 11 au 13 février dernier, avec 8 autres sénateurs, une mission en Grèce, à Lesbos, sur la question de l’accueil des réfugiés.

Organisé dans le cadre du suivi et du contrôle du dispositif exceptionnel d’accueil des réfugiés, ce déplacement avait pour objectif d’observer la mise en place du dispositif de « relocalisation » décidé par l’Union européenne en septembre 2015. Ce dispositif vise à répartir entre les pays membres de l’Unions européennes les migrants. François Hollande s’est à ce titre engagé à accueillir en France sur deux ans, 30.750 sur un total de 160.000 réfugiés à répartir en Europe.

 

 

Capture d’écran 2016-02-17 à 16.26.41A l’occasion de ce déplacement, nous nous sommes d’abord arrêtés à Athènes, afin d’y rencontrer les autorités grecques et la task force de l’Union européenne. Nous avons également rencontré le Président de la Commission permanente défense/affaire étrangères du Parlementaire grec, M. Costas Douzinas et l’Ambassadeur de France, Christophe Chantepy. Nous avons ensuite passé une journée sur l’île de Lesbos où est implanté le premier hotspot grec, et nous nous sommes entretenus avec les différentes intervenants présents sur place, en particulier, les équipes de secours en mer, le Haut-Commissariat aux Réfugiés, le bureau européen d’appui en matière d’asile, Frontex, Europol et des ONG (Waha International et Médecins sans Frontière). 

Cette mission nous a permis de mesurer précisément l’ampleur du drame qui touche les côtes de l’Union européenne. Je tiens à saluer à ce propos l’action de tous les acteurs qui œuvrent quotidiennement pour aider les réfugiés et les accueillir dans le respect et la dignité.

La France accueille déjà environ 70 000 demandeurs d’asiles. Avec les réfugiés « relocalisés », depuis la Grèce ou l’Italie, nous faisons un effort supplémentaire qui est conforme à notre tradition d’accueil et raisonnable quant à l’objectif chiffré pour permettre une bonne intégration des réfugiés. Pour le moment, ce dispositif n’a permis l’accueil que de quelques centaines de réfugiés mais nous avons pu constater que celui-ci était maintenant opérationnel et qu’il allait monter en puissance pour que nos engagements soient tenus. A ce titre, il est impératif que cet effort soit partagé par tous les pays de l’Union européenne. En effet, il est inacceptable que certains pays refusent de prendre leur part.

Cependant, vu le nombre important de réfugiés liés au conflit en Syrie, il est primordial que nous aidions aussi les 3 pays limitrophes qui accueillent près de 6 millions de réfugiés (Turquie, Jordanie, Liban) et surtout, que tout soit mis en œuvre pour que le conflit s’arrête afin que les réfugiés puissent retourner dans leur pays d’origine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *