Le Sénat adopte le projet de loi relatif à l’adaptation de la société au vieillissement
19 mars 2015
Dans le 92, la gauche résiste et doit l'emporter au second tour dans plusieurs cantons
23 mars 2015

Dimanche 22 mars : un seul bulletin !

Dep92Dimanche 22 mars aura lieu le 1er tour des élections départementales. Dans chaque canton, nous serons appelés à élire un binôme homme-femme pour une durée de 6 ans. A Clamart, ce scrutin a un triple enjeu.
 
1. Un enjeu départemental
 
Le conseil départemental agit sur notre vie quotidienne : action sociale, éducation, aménagement, mais également développement économique, emploi, culture et sport.
Malheureusement, notre département, le plus riche de France, se détourne de ses missions sociales. Malgré un budget de 2 milliards d’euros, nous avons pu constater au fur et à mesure des années, la fin des crèches départementales, la diminution des actions éducatives, une grande négligence en matière de sécurité sur les voies départementales ou encore un oubli croissant de nos aînés.
Aussi, un choix simple se présente à nous : voulons-nous continuer à vivre dans un département inégalitaire, dépensier, ou bien souhaitons-nous construire un département solidaire et responsable ?
Les candidats UMP voudraient faire croire qu’ils pourront obtenir plus de subventions si la majorité départementale demeure. Heureusement, il existe des critères et des règles. Les subventions ne peuvent pas être attribuées en fonction des affinités politiques.
Par ailleurs, le Conseil départemental justifie le déclin de ses interventions dans le département, pour raisons d’économies budgéraires. Or, comment pourrait-il donc aider d’avantage les candidats UMP s’il est contraint de réduire ses dépenses ?
 
2. Un enjeu national 
Face aux dangers de l’abstention et de l’extrême-droite, aucune voix ne doit manquer aux candidats qui défendent la solidarité, l’écologie, la jeunesse, refusent le gaspillage et l’inaction.
Le vote républicain est un élément moteur de notre démocratie. Après ce douloureux mois de janvier, j’insiste sur notre responsabilité de citoyen d’aller voter.

3. Un enjeu municipal 

A Clamart, le nouveau maire, Monsieur Berger, mais également Conseiller régional et Vice-Président de la communauté d’agglomération Sud-de-Seine, ne pense qu’à collectionner les mandats. Il devrait plutôt se concentrer sur la gestion de Clamart, car sa politique est une catastrophe pour la commune.
Un an à peine après son élection, Monsieur Berger se plaint que les caisses de la ville sont vides.
Or, c’est lui-même qui les a vidées, en augmentant l’indemnité des élus de la majorité (+ 300 000€/an) et la rémunération de la direction générale ainsi que de son cabinet (+250 000€/an), en changeant la couleur du mobilier urbain (+ 1 000 000€), en utilisant de manière récurrente la Déclaration d’Intention d’Aliéner pour acheter des biens immobiliers et les revendre ensuite à des promoteurs (+ 3 000 000€), en achetant 80 caméras pour un coût d’investissement de 2 000 000€ et un coût de fonctionnement de 200 000€/an ou bien encore, en créant 15 nouveaux emplois de policiers municipaux dotés d’un équipement digne de l'anti gang (+ 1 000 000€).
En parallèle, il lance des projets aberrants qui livrent la ville aux promoteurs : destruction de 700 logements sociaux aux 3F, construction d’un immeuble de 6 étages sur la place de la gare.

Pour toutes ces raisons, je vous demande de soutenir nos candidats, Yannick Geffroy et Guy Janvier, dès le 22 mars !

Avec Clamart et Vanves, réussissons notre département !
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *