Structures_photo_logo_3283J'ai interpellé aujourd’hui en séance publique, le gouvernement sur la situation de l’hôpital Foch, de Suresnes.

L’Hôpital Foch est un établissement privé à but non lucratif, qui participe très largement à la mission de service public hospitalier dans les Hauts-de-Seine, grâce à un personnel dévoué et qualifié. Il dispense par ailleurs une médecine de pointe puisqu’il est le premier centre français, en termes d’activité, pour la transplantation pulmonaire.                                                            

L’Hôpital Foch est la propriété d’une Fondation et est géré depuis 1995 par l’Association Foch, deux structures dirigées pendant 15 ans, par le même Président. En septembre 2012, une mission a été confiée à l’inspection générale des affaires sociales ainsi qu’à l’inspection générale de l’administration, avec pour objectif d’analyser les rapports entre la Fondation et l’Association.

Les conclusions de ces rapports révèlent que la Fondation se serait attribuée des fonds revenant à l’Hôpital, alors que celui-là même devait faire face à de sérieuses difficultés financières (emprunt, licenciements etc.). Un administrateur provisoire a été nommé au mois de février 2013 à la tête de l’association et le gouvernement a préconisé une refonte des statuts. Depuis, le personnel hospitalier est dans l’attente de cette réorganisation et souhaite, à juste raison, qu’elle intervienne rapidement pour que l’hôpital puisse à nouveau fonctionner normalement.

Je suis ravi que le gouvernement ait affiché une position ferme et déterminée. Le constat est clair : maintenant que la dette de la Fondation à l’Association est presque remboursée dans son intégralité, celle-ci doit dorénavant proposer de nouveaux statuts clarifiant la gouvernance de l’Hôpital. Demeurant vigilant, le gouvernement entend bien que la Fondation prenne position rapidement et si tel n’était pas le cas, le gouvernement prendrait ses responsabilités.

Retrouvez ici l'intégralité de ma question oralela réponse du gouvernement ainsi que l'article du Parisien Hauts-de-Seine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *