Suppression de la Semaine de la Solidarité à Clamart
25 novembre 2014
Tramway Antony-Clamart (T10) : Le nouveau Maire de Clamart bloque le projet
28 novembre 2014

IVG : C’était il y a 40 ans.

84977120-2777-11df-9948-017fe72ad4f6Le 26 novembre 1974, Simone Veil, Ministre de la Santé de Valéry Giscard d’Estaing, montait à la tribune de l’Assemblée nationale, pour présenter aux députés son projet de loi de réforme de la législation sur l’avortement.

Dans son discours, qu’elle s’excuse de faire devant une assemblée presque exclusivement composée d’hommes (seulement 9 femmes sur 490 députés), elle prend la défense des femmes confrontées à une grossesse non désirée et critique les détracteurs du projet de loi, qui n’éprouvent aucune compassion réelle pour ces femmes en détresse.

3 jours de débats vont suivre, qui vont se révéler d’une violence terrible. Les mots « fours crématoires » et « barbarie organisée » sont prononcés. Ces comparaisons avec le nazisme fusent, des attaques visant directement la Ministre, qui a perdu toute sa famille dans les camps de concentration pendant la Seconde guerre mondiale. Finalement, le 29 novembre 1974, 284 députés contre 189 votent la loi dépénalisant l'IVG.

Quarante ans après l’adoption de la loi légalisant l’IVG, les élus de l’Assemblée nationale ont adopté par 143 voix contre 7 – un consensus transpartisan peu commun – une résolution pour « réaffirmer le droit fondamental à l’IVG en France et en Europe ».  

Je regrette que 7 élus de la République aient décidé de s’opposer à ce texte, dont la portée symbolique était essentielle. Cette attitude réactionnaire prouve que comme le disait Simon de Beauvoir : « Les droits [des femmes] ne sont jamais acquis » et qu’il faut surtout rester vigilant.

Le gouvernement a déjà mis en place plusieurs actions depuis 2012 : remboursement de l’IVG à 100 %, gratuité de la contraception pour les mineures, meilleur référencement Internet des sites d’information officiels…

Le combat doit continuer à être mené et de nouveaux objectifs sont à atteindre, notamment la réduction des délais d’attente. Par ailleurs, Marisol Touraine présentera à la mi-janvier, un plan pour garantir un égal accès à l’IVG sur l’ensemble du territoire. En effet, il est nécessaire d'affirmer le droit fondamental à l'IVG mais il est tout aussi indispensable de garantir l'accès effectif à ce droit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *