Bonne rentrée à tous !
2 septembre 2014
Police municipale : Un maire-shérif à Clamart, à quel prix ?
16 septembre 2014

A Clamart, le dernier caprice du nouveau maire : repeindre toute la ville

Photo mobilier urbain ClamartJe suis consterné de constater que la nouvelle équipe municipale n’a d’autres priorités que de s’empresser de changer la couleur du mobilier urbain (potelets, barrières, feux tricolore…).

Lorsque j’ai été élu maire en 2001, j’ai souhaité que l’ensemble du mobilier urbain de Clamart soit désormais d’une couleur unique, le bleu. En effet, celui-ci était alors composé d’un grand panel de couleurs différentes et, dans un souci d’embellissement de la ville, il m’est apparu opportun, au gré de son entretien ou de son remplacement, d’en uniformiser la couleur. L’achèvement de ce travail a pris plus de 10 ans aux services techniques de la commune.  

J’ai donc été stupéfait de constater que la nouvelle équipe municipale, sitôt élue, s’empressait d’en modifier la couleur. Pourquoi systématiquement défaire ce qui a déjà été fait au motif que cela a été fait par un autre ? C’est parfaitement absurde. Un tel travail va prendre encore plusieurs années et mobiliser d’importantes ressources budgétaires qui vont forcément faire défaut ailleurs. Si le nouveau maire veut achever de repeindre l’ensemble du mobilier urbain d’ici la fin du mandat, il en coûtera environ un million d’euros au contribuable clamartois. Ce type de caprice est consternant par le gaspillage qu’il engendre. 

Retrouvez l'article du Parisien 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *