Le nouveau maire prépare la densification de Clamart
10 juin 2014
Le Sénat modernise nos polices municipales
16 juin 2014

Voyage d’étude parlementaire au Niger sur la santé infantile

BpYdmC3IgAAf4JzEn tant que Président du Groupe d’Amitié France-Niger, j’ai effectué du 4 au 8 juin, un voyage d’étude parlementaire au Niger, sur la santé infantile, accompagné de Michel Terrot, Député du Rhône et de Boinali Said, Député de Mayotte.

Ce déplacement avait été co-organisé par deux associations : Global Health Advocates France, qui promeut un accès équitable et universel à la santé, et Solidarité thérapeutique et initiative contre le Sida (Solthis), qui œuvre pour permettre aux pays où elle intervient d’offrir une prise en charge médicale de qualité, accessible et pérenne aux personnes touchées par le VIH/sida.

BpqigUJIIAA94wb

Rencontre avec le Ministre de la Santé du Niger, M. Mano Aghali

Nous avons eu l’honneur de rencontrer le Ministre de la Santé du Niger, M. Mano Aghali, ainsi que son équipe en charge du Programme élargi de vaccination. Nous avons également pu visiter plusieurs centres hospitaliers, notamment le CSI Madina, centre de santé intégré de soins infantiles et le service de Pédiatrie à l’Hôpital national de Niamey.

Ces dernières années, les progrès à travers le monde en matière de lutte contre la mortalité des enfants de moins de 5 ans, sont impressionnants. Depuis 1990, le taux de mortalité infantile a diminué de 41 %. Néanmoins, 6,6 millions d’enfants de moins de 5 ans décèdent encore chaque année et ce principalement suite à des maladies et des causes évitables : la diarrhée, le paludisme, la rougeole, les infections néonatales, la pneumonie, un accouchement prématuré ou un manque d’oxygène à la naissance. La sous-nutrition est par ailleurs un facteur sous-jacent mis en cause dans 45% de ces décès.

Bphf82QIEAA0rFC

Visite du Centre de Santé Infantile Madina

L’Afrique subsaharienne demeure la région la plus touchée par la mortalité infantile : 1 enfant sur 9 meurt avant l’âge de cinq ans, soit 16 fois plus que la moyenne dans les pays occidentaux.

Au cours de ces dernières années, le Niger a développé une forte politique volontariste pour garantir l’accès aux soins des jeunes générations. Il a ainsi réussi à réduire de plus de 50% son taux de mortalité infantile, en passant de 222 décès pour 1000 en 1998 à 84 pour 1000 en 2012. Cela fait de lui l’un des pays de l’Afrique de l’Ouest, les plus performants en termes de progrès réalisés.

L’objectif de ce déplacement était de comprendre le rôle des différents acteurs locaux et internationaux, mais également d’analyser la politique d’aide française afin d’identifier les problématiques et solutions concernant le financement de la santé infantile.

BpXYHl5IUAEqs7z

Visite de l'hôpital de Niamey

La France, grâce à plus de dix ans d’investissement, est un des pays les plus actifs et efficaces. Elle est aujourd’hui le deuxième contributeur du Fonds mondial de lutte contre le SIDA, le paludisme et la tuberculose. Cette politique de solidarité sanitaire lui offre un certain rayonnement à l’international, représentant une réelle vitrine de notre diplomatie. Il est donc indispensable que l’aide de la France aux pays les plus en difficultés se poursuive et s’amplifie. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *