Retour sur les 10 ans du jumelage Clamart-Artashat
4 décembre 2013
Une loi ambitieuse de lutte contre le système prostitutionnel
5 décembre 2013

Réforme du scrutin départemental et nouveaux cantons

Cantons 92L’introduction du nouveau mode d’élection des futurs conseillers départementaux en 2015, le scrutin binominal, avec un ticket femme-homme dans chaque canton, nécessite un redécoupage électoral dans tous les départements français. Si le Gouvernement a privilégié ce nouveau mode de scrutin, c’est parce qu’il est le seul à même de garantir la parité dans tous les hémicycles dès le prochain renouvellement. Le redécoupage qu’il induit est en outre l’occasion d’assurer une meilleure représentation de tous les électeurs en réduisant les écarts de population qui existent entre les cantons d’un même département, en les limitant au maximum à plus ou moins 20% de la population moyenne des cantons de chaque département.

Dans les Hauts-de-Seine, cette réforme va permettre d’arriver au résultat suivant : 23 femmes et 23 hommes dans l’hémicycle en 2015 alors qu’aujourd’hui nous en sommes à seulement 12 femmes pour 33 hommes. On ne comptera en outre, entre chaque canton, plus aucun écart de population supérieur à 16% par rapport à la moyenne de la population des cantons du département. Actuellement, les écarts sont parfaitement disproportionnés. On compte par exemple 55 000 habitants dans le canton de Courbevoie Sud et seulement 19 000 dans celui de Gennevilliers Nord.

Les attaques de la Droite contre la réforme ne font que trahir la crainte de nouvelles défaites électorales après les victoires successives du PS dans notre département. Les arguments de l’UMP92 sont bien fragiles. En effet, les frontières communales sont respectées puisque seules des communes ayant une population supérieure de plus de 20% à la population moyenne des cantons du département ont été scindées. Celles qui ont une population insuffisante ont été regroupées. M. Devedjian voudrait en outre que l’on prenne en compte les périmètres des EPCI existants mais il oublie que ceux-ci disparaitront le 1er janvier 2016 avec la création de la Métropole du Grand Paris, qui, à terme, absorbera aussi de toute façon les départements de Paris et de la petite couronne.

Il est par ailleurs assez stupéfiant de faire l’objet d’accusations de « charcutage électoral » de la part de l’UMP92. Quand on se remémore ce que furent les redécoupages de M. Pasqua en 1986, on se dit que c’est quand même l’hôpital qui se moque de la charité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *