Création du comité de sauvegarde de l'hôpital Béclère
27 juin 2011
L'élection de Jean-Paul Huchon confirmée
4 juillet 2011

Débat sur les moyens alloués aux Polices Municipales

1 
J’ai pris part vendredi 24 juin à un débat sur les moyens à allouer aux Polices Municipales organisé par BFM Business.

Il est essentiel que chaque citoyen puisse être protégé de la même façon sur l'ensemble du territoire. Aujourd'hui, seules les communes qui ont des ressources importantes peuvent mettre en place des Polices Municipales.

En augmentant les prérogatives des Polices Municipales et en tentant de les substituer à la Police Nationale ou à la Gendarmerie, l'UMP créera une sécurité à deux vitesses. Ceci aboutira de nouveau à un émiettement du territoire et à une ghettoïsation.

Ce que les socialistes défendent, c’est un égal accès pour chaque citoyen aux services publics « vitaux » : Sécurité, Education, Santé… Seul l’Etat est garant de cette égalité de traitement sur l’ensemble du territoire.

1 Une Police Municipale doit servir à décharger la Police Nationale de ses missions secondaires comme le stationnement, la circulation, la surveillance de l’espace public… Son rôle ne doit pas prendre des proportions démesurées et rester ce qu’il doit être : un service public permettant à la Police Nationale de mieux se concentrer sur ses prérogatives de sécurité publique.

Cette volonté d’étendre les prérogatives des Polices Municipales n’est pas une demande émanant de la majorité des Maires. Le Président (UMP) de l’Association des Maires de France s’est d’ailleurs encore prononcé contre l’armement obligatoire des Polices Municipales.

Cette volonté d’étendre les prérogatives des Polices Municipales, c’est surtout un aveu d’échec : Celui de la politique du Président de la République en matière de sécurité. Dans tous les services publics, les réductions d’effectifs ont des conséquences directes sur notre vie quotidienne. La sécurité n’est bien sûr pas épargnée.

Du coup, le Chef de l’Etat entend une nouvelle fois se décharger sur les communes.

M. Sarkozy refuse d'assumer ses échecs alors qu'il ne cesse de défaire tout ce qu’il a fait précédemment ! Paquet fiscal, Sécurité…

2 En 2002, il a supprimé la police de proximité mise en place par Lionel Jospin et aujourd’hui M. Guéant annonce la généralisation des policiers patrouilleurs ! Entre les deux, 9 années se sont écoulées : la délinquance a explosé et le lien entre la police et la population est rompue dans de nombreux quartiers.

Il est urgent de refermer la parenthèse du sarkozysme en France. Si les socialistes l’emportent en 2012, ils s’engagent à rétablir une véritable police de proximité en embauchant 10 000 nouveaux policiers et gendarmes.

Découvrez ce débat.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *