RER B : Mise en service des nouvelles rames
7 décembre 2010
Effectifs du lycée Monod : Rencontre avec le rectorat
9 décembre 2010

Le Maire du Plessis-Robinson, Secrétaire départemental de l’UMP, de nouveau condamné !

1 Monsieur Pemezec, Maire du Plessis Robinson et Secrétaire départemental de l’UMP, vient d’être sévèrement condamné par le tribunal correctionnel pour délit d’injures. Cette nouvelle affaire révèle parfaitement la conception qu’a l’UMP des Hauts-de-Seine du débat démocratique.

Une plainte avait en effet été déposée par Benoît Marquaille contre le Maire du Plessis Robinson pour "injures publiques commises contre un élu", proférées lors du conseil municipal du 16 décembre 2009. Au cours de ce conseil, en réponse à une question du Conseiller municipal socialiste sur des mesures prises suite à un grave accident survenu au sein de la Police Municipale armée de la Ville, le Maire avait en effet envoyé une bordée d’injures aussi grossières qu’indécentes contre l’élu PS d’opposition.

Le tribunal a jugé que les mots « falsificateur », « menteur », « histoire de caniveaux », « minable politique », « voyou », « petit monsieur » et les expressions « vous me donnez envie de vomir », « vous transpirez la médiocrité », « tout ce qui est nauséabond en politique » constituent « des propos injurieux » qui « dépassent gravement le contexte de débat public. Il convient donc de sanctionner sévèrement Monsieur Pemezec ».

2 Le tribunal a donc condamné le Conseiller général du Plessis Robinson et du Haut Clamart à une amende de 3 000 euros ainsi qu’à 1 000 euros de dommages et intérêts en réparation du préjudice subi par Benoît Marquaille ainsi qu’à 1 500 euros de frais irrépétibles.

Ce jugement vient confirmer le mépris de nombreux élus UMP des Hauts-de-Seine à l’égard de leur opposition et j’espère que la condamnation d’un de ses plus hauts responsables départementaux les amènera dorénavant à respecter les droits de l’opposition pour que le débat démocratique puisse s’exercer en pleine liberté et dans le respect de chacun.

Retrouvez l'article du Figaro.fr

Téléchargement De l'article du Parisien

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *