Retraites : Nouvelle mobilisation contre le projet gouvernemental
23 septembre 2010
Projet de fusion Béclère Brousse Bicêtre
30 septembre 2010

Transports : Réunion sur les projets du Conseil Régional

1 J’ai eu le plaisir d’organiser hier soir, à Clamart, en tant que Président de l’Union des Elus Socialistes et Républicains du 92, une réunion d’information sur les grands projets de transports menés par le Conseil Régional.

La Directrice générale du Syndicat des Transports d’Ile de France (STIF), Madame Mougard, avait accepté de répondre à mon invitation afin d’apporter un éclairage technique sur tous ces projets.

Le Syndicat des Transports d’Île de France (STIF) est l’autorité organisatrice des transports dans notre région. Dirigé par l’État jusqu’en 2006, c’est désormais le Président du Conseil Régional qui est à la tête du STIF.

En charge des transports franciliens jusqu’en 2006, l’État a trop peu investi dans la modernisation du réseau. Pour combler ce retard important, le Conseil Régional se mobilise depuis 4 ans.

Pour moderniser le réseau, le Conseil Régional a élaboré, avec les 8 départements franciliens, un plan qui vise à investir 18 milliards € sur 10 ans.  Il s’agit de l’effort le plus important en faveur des transports en Île de France depuis la création des RER il y a 40 ans :

2 

– Réalisation d’Arc Express

– Modernisation des lignes A, B, C, D du RER et prolongation du RER E à l’ouest

– Création de nouvelles lignes de Tramway (T4, T5, T6, T7, T8, Croix de Berny-Clamart…) et prolongation des lignes existantes (T1, T2, T3)

– Prolongation des lignes de métro (L4, L8, L11, L12, L14)

– Poursuite de la réalisation de la Tangentielle Nord

– Renouvellement du matériel roulant des Transiliens

– Création de nouvelles lignes de bus en site propre

– Rénovation et mise en accessibilité des gares du réseau

Le projet Arc Express :

Une des principales difficultés actuelles pour les voyageurs qui se déplacent de banlieue à banlieue réside dans l’obligation de devoir transiter par Paris. Le Conseil Régional a donc élaboré le projet « Arc Express » pour répondre à cette attente. Il s’agit d’un métro de rocade autour de Paris qui circulera en Petite couronne.

Avec une gare tous les 1.5 Kms, « Arc Express » prend bien en compte la densité du bâti en petite couronne. Sa fréquence de passage devrait être à peine supérieure à celle d’un métro parisien. Doté d’une quarantaine de stations, il sera en correspondance avec un grand nombre de lignes existantes ou en projet (Métro, Tram, Transilien…).

3 
Il offre une réponse adaptée à la demande de déplacements « domicile travail », qui représente l’immense majorité des trajets. Son coût (10 milliards €), 2.5 fois inférieur à celui du projet gouvernemental, permettra de développer les projets complémentaires inscrits dans le plan de mobilisation.

Un projet menacé par l’Etat :

Toujours prompte à remettre en cause les acquis de la décentralisation, le Chef de l’État a décidé, dans le cadre de son projet de loi sur le « Grand Paris », d’imposer aux élus locaux et aux franciliens un autre grand projet structurant : Le Métro « Grand 8 ».

Ce projet pharaonique de plus de 25 milliards €, qui doit relier les aéroports aux grands pôles économiques régionaux, ne répond pas à l’urgence des besoins. Il est en effet très inopportun de réaliser un tel investissement pour satisfaire essentiellement la demande de déplacements « travail travail », qui est largement minoritaire.

Le « super métro pour homme d’affaires » ne s’arrêtera que tous les 5 Kms et desservira un grand nombre de zones peu habitées. La question de son financement est en outre encore posée et fait planer des risques de densification excessive à proximité des gares du futur métro où la Société du Grand Paris, présidée par M. Santini, aura la maîtrise de l’urbanisme.

4 Les deux projets sont soumis au débat public du 30 septembre au 31 janvier.

Le gouvernement a déjà ignoré une première fois, en maintenant son « Grand 8 », le verdict des urnes du 16 mars dernier lorsque les électeurs franciliens ont largement approuvé (57%) les projets de transports portés par le Conseil Régional. Conscient qu’il ne sera pas possible de financer les deux projets, le Président de la République veut désormais noyer « Arc Express » dans son projet de super métro.

Soutenons Arc Express !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *