Le patron de l'UMP 92 désavoué par ses collègues au Conseil Général
21 septembre 2010
Crise du Logement : Le double discours de l'UMP
20 octobre 2010

Le Logement social sous la menace du Gouvernement

1 Je partage l’indignation et les inquiétudes des organismes HLM et de leur association professionnelle régionale en Ile de France, l’AORIF, face au projet de l’Etat de ponctionner les organismes HLM, à compter de 2011, à hauteur de 340 millions d’euros par an.

Ce prélèvement pénaliserait particulièrement l’Ile-de-France. En effet, assis sur les loyers du logement social, le prélèvement sur les organismes franciliens devrait représenter environ un tiers des 340 millions d’euros annoncés par l’Etat. Le parc de logements sociaux d’Ile-de-France ne représente pourtant qu’un 1/4 du parc français.

Si ces dispositions devaient être confirmées, elles conduiraient à asphyxier la construction de logements sociaux en Ile de France, alors que celle-ci est déjà fragilisée par la baisse des aides à la pierre allouées par l’Etat et les collectivités territoriales.

Les organismes d’HLM, qui ne seront pas en mesure d’assurer seuls une production constante de logements, seront encore plus pénalisés si leurs moyens financiers devaient être aussi fortement amputés par le nouveau prélèvement que l’Etat veut instaurer.

2 Le niveau de production de nouveaux logements sociaux, dont notre région a tant besoin, en sera fortement affecté. La production de logements sociaux pourrait chuter, au niveau national, de 72% pour les années 2011 et 2012.

Au final, qui sera gagnant ? Pas les ménages franciliens, et particulièrement ceux aux ressources modestes, qui continueront à subir de plein fouet la pénurie de logement et la crise économique. Pas davantage les organismes HLM qui ne pourront plus assurer convenablement leur mission de construction. Pas même l’Etat, responsable du droit au logement opposable, qui devra assumer, d’une façon ou d’une autre, sa part de responsabilité dans l’aggravation de la crise du logement en Ile-de-France.

Le Gouvernement utilise cette nouvelle taxe pour dissimuler une baisse supplémentaire des aides à la pierre. Cette mesure injuste vise donc à faire financer par les ménages les plus modestes ce qui l'était auparavant par la solidarité nationale.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *