Quand Nicolas Sarkozy vantait les mérites des "Subprimes"…
24 septembre 2008
"Les Tontons flingueurs" des Hauts de Seine…
30 septembre 2008

Pour un retour à une gestion directe de l'Eau en Ile de France

Robinet Voici une mesure concrète en faveur de votre pouvoir d'achat ! L'UFC Que Choisir estime que la facture d'eau d'un ménage francilien, estimée autour de 190€ par an, pourrait bénéficier d'une baisse immédiate de 50€.

Je milite depuis longtemps avec de nombreux élus de gauche franciliens pour appeler au retour de la gestion de l'eau en régie directe par le Syndicat des Eaux d'Ile de France (SEDIF). Son président, le maire d'Issy les moulineaux, André Santini, veut que notre syndicat renouvelle sa confiance à Véolia en 2011 lors du renouvellement de son contrat.

Pourtant les conclusions de l'organisme de défense des consommateurs comme celle de la Chambre Régionales des Comptes sont accablantes ! Voici en résumé pourquoi votre eau est "la plus chère de France"…

Dans un communiqué paru mardi dernier, l'UFC-Que choisir avance que la fin du contrat entre Véolia et le Syndicat des Eaux d'Ile-de-France pourrait permettre 80 à 90 millions d'euros d'économie (sur un contrat d'un montant de 300 millions €) :

"Dans la perspective de la fin du contrat de distribution d'eau, en 2011, entre le Syndicat des Eaux d'Ile-de-France (Sedif) et le groupe Veolia, l'UFC-Que Choisir estime que 80 à 90 millions d'euros peuvent être au minimum économisés sur ce contrat de 300 millions d'euros annuels qui concerne 4 millions de consommateurs franciliens.

Santini L'UFC-Que Choisir a étudié les comptes détaillés que lui a remis le Sedif et a notamment comparé, pour chaque poste d'activité, les budgets déclarés par le syndicat avec les références de coûts issues de rapports publics ou professionnels.

Nos calculs font apparaître que le budget annuel de 300 millions d'euros peut être au minimum réduit de 80 à 90 millions d'euros, ce qui permettra d'alléger la facture des ménages franciliens.

Les sources d'économies principales se situent :

– Premièrement, au niveau de l'exploitation du réseau de distribution, où le budget du syndicat sur ce poste surpasse de façon bien trop importante les coûts de la réparation des fuites qui constitue le coeur de cette activité (30 à 40 millions d'euros d'économies).

– Deuxièmement, il apparaît que le profit officiel de Véolia sur ce contrat (38 millions d'euros annuels) devrait se situer à 20 millions d'euros et que 13 millions de rémunérations indirectes (frais de siège notamment) devraient être supprimées.

Munie de ce chiffrage, l'UFC-Que Choisir a adressé, début juin 2008, un courrier aux 144 maires du syndicat, qui devront se décider en décembre sur l'avenir du service, leur demandant de saisir l'occasion historique de cette fin de contrat pour ramener le prix de l'eau du Sedif à un niveau raisonnable.

Le syndicat devra aussi choisir entre la régie publique et la délégation à une entreprise. Dans la mesure où il n'existe pas de hiérarchie définitive entre les deux modes de gestion, l'UFC-Que Choisir ne prend pas position sur ce choix. Nous demandons tout de même que le projet de retour potentiel en régie soit étudié sérieusement car il permet au moins une concurrence de projets qui incite Véolia et Suez à proposer des offres moins couteuses. En cas de délégation à une entreprise, il est évident que l'époque des contrats de 30 ou 40 ans est révolue et qu'il faut limiter la durée d'engagement à 10 ans.

Enfin, dans le cadre de la réorganisation du Sedif et du service d'eau parisien, l'UFC-Que Choisir plaide pour un « Grand Paris de la production d'eau » qui consisterait à mutualiser les usines de production d'eau de Paris et de la petite couronne.

Comme l'a constaté la Cour des Comptes, les syndicats d'eau de ce territoire disposent de surcapacités injustifiées si on tient compte de la baisse de consommation structurelle. La mutualisation des usines permettrait de réaliser des économies substantielles pour le bénéfice des usagers franciliens."

8 Comments

  1. Murielle dit :

    Maintenant que Paris a choisi de gérer l’eau seule sans les entreprises Véolia et compagnie, il faut réfléchir plus que sérieusement à l’intérêt pour nos villes de rejoindre ce système : au moins, les villes ne recherchent pas la rémunération du profit comme le font les sociétés de l’eau et la mise en commun de tous leurs moyens sur un territoire si important ne peut qu’être source d’économies : qu’attend on pour que la puissance publique assume enfin ses responsabilités envers les contribuables au lieu de se décharger sur le privé, qui lui cherche le profit maximal ?

  2. Thierry Verdon dit :

    UFC fait des estimations totalement déconnectées de la réalité de terrain. Leur étude de 2007 reconnaissait les erreurs de celle de 2006, et celle de 2008 n’est pas en phase avec celle de 2007… Moi je ne trouve pas çà très viable et cdrédible cher monsieur. Ils feraient mieux de prendre exemple sur 60 millions de consommateurs qui eux font des études sans arrière pensées politiques…

  3. Basile dit :

    Monsieur kaltenbach, pourriez-vous vous occuper de mon pouvoir d’achat sur d’autres sujets que l’eau que je bois, cela serait bien gentil, merci.

  4. damien dit :

    monsieur Basile,
    si vous cela ne vous gène pas de payer 20 euros par an et par personne dans votre famille à Véolia, et cela depuis des années tant mieux pour vous.
    cette entreprise fait bien assez de profit sans avoir besoin de ponctionner ainsi les 4 millions d’habitants d’Ile de France…
    dons 20 euros par an et par personne de ponctionner en trop ce n’est pas rien pour de nombreuses familles, et surtout c’est une question de principe.
    les élus sont là pour défendre leurs concitoyens par pour laisser une boite privée les plumer, même plume à plume.

  5. Gonzales dit :

    Monsieur Kaltenbach, tous les professionnels du secteur, qu’ils travaillent en régie ou en délégation de service public, disent que l’étude UFC est une escroquerie : approche virtuelle et théorique, coûts sous-estimés, etc. Allez voir un peu sur le terrain, et vous verrez qu’il n’est pas si facile de faire autant d’économies. Cela serait tellement simple s’il suffisait sur le papier d’enlever quelques millions à droite à gauche sur un document comptable…

  6. Lol dit :

    S’occuper du prix de l’eau, il me semble bien que c’est s’occuper du pouvoir d’achat !
    De même que du prix du gaz, de l’électricité..
    Et s’occuper du devenir de nos services publics, c’est globalement s’occuper de notre vie quotidienne et de notre avenir à tous.
    Alors continuons de nous en occuper, et ne laissons pas le marché économique fixer nos prix.
    Au revoir véolia….

  7. Steeve V. dit :

    Dans quel monde vivons nous ?… Je suis assez consterné de constater que nos représentants locaux ou nationaux s’appuient maintenant sur les études réalisées par des associations pour orienter les options de gouvernance soit disant les plus favorables pour leurs administrés. Monsieur, je vous ai accordé ma confiance aux dernières élections et là vous me faites douter du bien fondé de mon choix. Avant d’endosser ce combat ne pensez vous pas qu’il serait nécessaire de faire réaliser une étude ou un audit par une instance qualifiée ? Avez-vous des informations sur la façon dont cette étude à été réalisée, à partir de quels critères de référence ? UFC semble considérer qu’il existe un juste profit dans ce cas là appliquons le à toutes les entreprises en commençant par les entreprises publiques qui assurent un service public : RATP, SNCF, AIR FRANCE … mais aussi les jeunes privatisées EDF (taux de marge : 9,4 %) ou France TELECOM (taux de marge : 11,9 %) ou encore le CREDIT AGRICOLE (taux de marge 24%) …
    Au nom de la raison et de la bonne gouvernance je pense qu’il est indispensable avant d’assurer la promotion d’une telle étude de vous assurez de son serieux et que les estimations faites ne sont pas trop approximatives (ainsi que je le crains) et n’ont pas d’autre finalités que le bien être du consommateur. Je vous remercie par avance du séreiux avec lequel vous considérerez mon point de vue.

  8. popol dit :

    Je ne comprends pas pourquoi Steeve met en doute le rapport d’UFC Que choisir. Il s’agit d’une association indépendante, qui utilse de vrais experts et qui a même pour le coup travaillé avec le SEDIF pour rendre son fameux rapport.
    Que Véolia et les autres entreprises de l’eau regrettent de ne pas avoir réussi à fagociter cette association, comme elles le font avec beaucoup d’autres, je cormprends, que Véolia s’appuyent sur des cabinets conseils dépendants pour démontrer combien il est normal de payer l’eau très cher en Ile de France, normal aussi, mais jeter l’anathème sur UFC Que chosir gratuitement me semble exagéré.
    Quant au premier point, j’ai moi aussi voté pour Monsieur Kaltenbach, notamment parce que dans son programme figurait le combat pour la mise en régie de l’eau publique : le projet était expliqué, justifié, chiffré et j’y ai adhéré.
    Mais vous Steeve, vous ne l’avez pas lu avant de voter ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *