Nous voulons un vrai débat sur le fichier « Edvige » !
17 septembre 2008
Défense du service public de La Poste
22 septembre 2008

Edvige: Nicolas Sarkozy revient enfin sur son projet…

NS grimace Devant le tollé provoqué par la première mouture du projet de fichier "Edvige", le chef de l'Etat et sa Ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot Marie, ont été contraints de revoir profondément leur copie !

Le Président de la Commission Nationale Informatique et Liberté (Cnil), Alex Türk, s'est félicité aujourd'hui de la modification du fichier de police , en affirmant que "l'essentiel" des points posant problème avait été réglé. Nicolas Sarkozy était à l'époque passé outre l'avis rendu par la CNIL qui recommandait d'apporter un certain nombre de modifications au texte avant la publication du décret. la Cnil avait alors commencé d'effectuer son travail de "garde fou" en alertant les parlementaires, l'opinion publique …

"Exit" donc le fichage des personnalités, responsables associatifs et syndicaux et des élus. Ils devraient entrer dans un répertoire de personnalités consigné en préfecture qui ne devrait contenir que des informations dites "publiques".

Les mineurs fichés pourront bénéficier d'un "droit à l'oubli" à leur majorité. La notion "d'ordre public" disparait aussi. Cette formule très élastique sera remplacé par la notion plus restrictive de "trouble à la sécurité publique des personnes et des biens".

Toutes mentions relatives à l'orientation sexuelle et à l'état de santé des personnes ne pourra pas non plus apparaitre. Enfin, le nombre de personnes ayant accès à cette source sera considèrablement restreint.

3 Comments

  1. Jmenfiche dit :

    Vous êtes bien optimiste !
    D’abord, on restera fiché. Il faudrait tout de même se demander, lors d’un vrai dévat national, si c’est nécessaire et jusqu’où, plutôt que de se contenter de cette pseudo consultation et de ces modifications sous la pression. Notre démocratie a droit au débat.
    Ensuite, les mineurs sont les vrais perdants dans cette affaire : ils resteront fichés dès 13 ans! C’est bien jeune. Ils ne verront leur nom effacé qu’à 18 ans, c’est à dire 5 ans après. Pourtant, il s’en passent des choses en 5 années d’adolescence, tout change très vite, mais ils resteront étiquetés pendant 5 ans comme potentiellement dangereux. Voilà de quoi perturber leur évolution. On rique d’en faire à vie des déléquants comme ça !
    Enfin, on ne parle guère du droit d’accès et de modification par les personnes fichées. Il y a là pourtant un vrai danger.
    Sachez par exemple que dans le fameux fichier de la police, le STIC, il y a 40% d’erreurs d’après la CNIL.
    Un exemple personnel d’ailleurs : j’ai demandé à consulter ma fiche, il m’a fallu 14 mois pour y réussir, et j’apprends que dans une affaire de vol, je suis nommé comme ayant été visé par une plainte. N’importe quoi, c’était l’inverse : victime d’un vol, j’ai déposé plainte. De victime, je suis passé à potenttiel auteur ! Merci les fichiers.
    Alors, continuons de nous battre, il y a un véritable enjeu de société que le PS et la gauche ont bien compris dès juillet, continuons de ramener le plus de monde dans le camp des libertés. Regardez, même Bayrou et Morin nous ont rallié en septembre.
    Encore un petit effort !

  2. Laurent dit :

    je viens de comprendre pourquoi l’UMP veut si fort ce fichier. Regardez le maire du Plessis, si sécuritaire, ses fiches ne sont pas à jours : pour saluer la mémoire de Lucien Salvarelli, il l’appelle Jean. Bel hommage !

  3. Jérôme Mély dit :

    La nouvelle mouture conserverait les données « ethniques et raciales » ce qui est tout bonnement choquant; le simple fait de parler de données raciales c’est déjà du racisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *