Le 21 juin, faites de la musique à Clamart
20 juin 2008
Sécurité : Clamart ville tranquille selon "Le Figaro"
25 juin 2008

Appel du 18 juin

Voici le discours que j'ai prononcé à l'occasion de la cérémonie du 18 juin commémorant l'appel du général de Gaulle :

AppelGalDeGaulle18juin40
Mesdames et
Messieurs les Présidents d’Associations d’Anciens Combattants, Victimes de
Guerre, Résistants, Déportés, Internés et Patriotes,

Nous sommes réunis ce soir pour
commémorer le 68ème anniversaire de l'appel du 18 juin 1940 que le Général de Gaulle lançait depuis Londres pour appeler à la Résistance française contre l'occupant nazi.

Lorsqu’il s’envole en direction de
Londres le 17 juin 1940, le général de Gaulle ne sait pas encore qu’il a
rendez-vous avec l’Histoire.
24 heures seulement séparent Charles
de Gaulle, de son destin.
Il s'envole de Bordeaux pour Londres, amer n'avoir pu convaincre les responsables de continuer la lutte depuis l'Angleterre et depuis l'Empire.

Seul ou presque, entouré de rares officiers français se trouvant à Londres, il incarne, le 18 juin 1940, la voix de la France qui ne renonce pas, la voix de la France qui se bat pour ses
libertés, la voix de la France debout.

Car le 18 juin dans l’après midi on
apprend à Londres que le Gouvernement du Maréchal Pétain vient de demander
l'Armistice à Hitler.

 

C’est insupportable à de Gaulle. La
France doit continuer la guerre. Il se doit d’incarner cette France, puisque
tous les autres ont renoncés à le faire.

 

A 6 heures du soir, au micro de la
B.B.C., prêté par CHURCHILL il lance son célèbre "APPEL".

Passé presque inaperçu, seule
l'Histoire lui conférera son statut de mythe comme acte fondateur de la
Résistance française.

Quelques jours plus tard, le 22
juin, les français pouvaient voir aux actualités cinématographiques un HITLER
sautillant de joie dans la clairière de Rethondes, alors qu'il venait de signer
l'armistice, dans le train même où s'était déroulée la capitulation allemande
le 11 novembre 1918.

 

Mais qui était donc ce Général alors
inconnu de l'immense majorité des français ?

 

Né à Lille en 1890, il se destine
très tôt à la carrière militaire et entre à l'Ecole de Saint-Cyr. Pendant la
guerre de 1914-1918, il est blessé à trois reprises et fait prisonnier.

Passionné par les problèmes
stratégiques, il publie trois ouvrages: Le Fil de l'épée (1932),
Vers l'armée de métier
(1934) et La France et son armée (1936).

Les idées de de Gaulle sont
complètement opposées à celles que défend alors l'état-major, crispé sur une
stratégie défensive.

Pendant l'offensive allemande de
mai-juin 1940, la division cuirassée qu'il commande se bat courageusement et
inflige des pertes sérieuses à l'ennemi. 

C’est le 5 juin 1940 que Paul
Reynaud le fait entrer au gouvernement comme sous-secrétaire à la Défense et à
la Guerre alors qu'il vient d'être promu général.

Quelques jours plus tard, il décide
de désobéir et de partir comme l’on sait pour l’Angletterre, poursuivre le
combat.

“ Soyons fermes, purs et fidèles ; au bout de nos
peines, il y a la plus grande gloire du monde, celle des hommes qui n'ont pas
cédé
 ” dira t’il dans un discours du 14 juillet 1943.

Homme seul en 1940, le général de Gaulle n’aura de cesse, au
fur et à mesure de l’évolution de la guerre, de réunir tous les français qui
veulent se battre.

Création des régiments français dont la célèbre 2ème
division blindée du général Leclerc qui délivrera Paris.

Unification aussi de tous les mouvements de la Résistance
Intérieure autour du Conseil National de la Résistance autour de Jean Moulin
qui sera son porte parole dans la France occupée.

Car comme il l’écrivait déjà dans son lire « Pour
l’Armée de métier » : « La grandeur ne se divise pas ».

Grâce à cette action, la Résistance
Française sera finalement reconnue par les 
alliés comme force combattante et représentant la vraie France.

Cette France
résistante qui connut
  ses héros et ses
martyrs : Jean MOULIN, Pierre BROSSOLETTE, Missak MANOUCHIAN, Guy MOQUET
et tant d’autres anonymes.

Le Colonel ROL TANGUY signera la
reddition de la garnison allemande de PARIS et le Maréchal de LATTRE de
TASSIGNY recevra au nom de la France la capitulation sans condition des armées
allemandes de la main du Maréchal KEITEL à Berlin le 8 mai 1945.

Saluons aujourd'hui l'acte fondateur
de la Résistance qui a sauvé la France de la honte et du déshonneur.

Car au delà d’une  “ certaine idée de la France 
c’était également une certaine idée de la démocratie qu’avait le Général.

Henri Amouroux dans Le peuple
réveillé
rapporte ce propos du Général :
 Prenez invariablement la
position la plus élevée, c'est généralement la moins encombrée.
 ”

Alors pour conclure je citerais
encore les Mémoires de Guerre : “ Au sommet des
affaires on ne sauvegarde son temps et sa personne qu'en se tenant
méthodiquement assez haut et assez loin.
 ”

Et cet autre passage : La
France n’est réellement elle-même qu’au premier rang ; seules de vastes
entreprises sont susceptibles de compenser les ferments de dispersion que son
peuple porte en lui-même
.

C’est en suivant  ces
principes énoncés par le Général de Gaulle qu’il faut poursuivre notre action.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *