Clamart : Résultat du premier tour des élections municipales
9 mars 2008
Appel d'Agnès Hartemann et "d'Alternative Clamartienne"
12 mars 2008

Réunion publique avec Robert Badinter mercredi 12 mars à 19 h 30

Robertbadinertreunionpublique Robert Badinter, sénateur des Hauts-de-Seine et ancien ministre de la Justice viendra nous soutenir lors d’une grande réunion publique de l’entre deux tours.

Cette réunion publique aura lieu le :

Mercredi 12 mars à 19 heures 30
Salle des Fêtes

(place Hunbelle)

Venez nombreux écouter Robert Badinter et soutenir toute l’équipe de la liste “Avec vous pour Clamart“.

13 Comments

  1. idem dit :

    Pourquoi l’avez vous invité à chaque fois qu’il vient vous perdez …
    Zut mais sérieusement à croire que voilà !!!

  2. Daniele G. dit :

    Je suis fière de savoir que Robert Badinter vous soutient aussi fermement : c’est un Grand Homme, un de ceux qui resteront dans l’histoire et qui font la fierté de notre engagement pour les droits de l’homme et le progrès de l’humanité. Avec Robert Badinter, nous sommes sûrs d’être du bon côté dans notre combat politique.

  3. Véro dit :

    On ne peut pas laisser laisser la droite traiter Monsieur BADINTER de la sorte : pour qui vous prenez vous, l’anonyme, vous coyez vous à la hauteur d’un humaniste tel que Monsieur Badinter ?
    jeter ainsi l’anathème sur cete homme qui fait effectivement la fièrté, non pas des socialiste, mais de la république française, c’est nous tirer vers l’obscurantisme : dans ce département où règne le Sarkozysme qui prône la suppression de nos principes fondamentaux de la République, à un maire élu au 1er tour au Plessis Robinson qui exhorte au rétablissement de la peine de mort en France, la présence de Robert BADINTER à Clamart est très forte en symbole ; souvenons nous de la philosophie des Lumières et de l’Humanisme de Condorcet, alors nous saurons comment voter dimanche prochain et qui renvoyer vers le fin fond de l’obscure pensée de la réaction en France.
    Mes élèves me pardonnerons d’autant plus facilement mes prises de position sur ce blog qu’ils en ignorent tout : nul ne saurait injurier Robert Badinter sauf à se ranger dans le camp du côté des réactionnaires et de la régression.
    IL est évident que, à notre toute petite échelle locale, nous paticions de ce moiuvement et prenons chacun nos responsabilités: au délà memê de savoir si les impôts locaus ont augmenté, si la démocratie participative a été ou non satisfaisante, si le nombre de bibliothèques est suffisant ou non, si les logement sociaux doivent être de 25 ou de 30% dans chaque nouveau programme, il faut se demander pourquoi.
    Et pour donner une réponse, je ne peux que donner la parole à Robert BADINTER, que j’entendrai avec un plaisir immense, en cette période de régression des droits, en France comme dans le monde (pensez à Guatanomo et son abjection).
    Et je sais alors pour qui voter, même si nous votons lors d’un scrutin local, pour un bon gestionnaire dans nos villes !
    Et vous ?

  4. vandevelde dit :

    et voila c’est reparti , occupé vous de vous de vos moutons, regardé sans faire de vague la victoire viens a nous grace a un maire exemplaire et une ville superbe, ce qui n’a pas éte fait auparavent
    chut! et regardez ont va gagner

  5. Simplet Le Jeune dit :

    Rares sont les noms dont la simple évocation éveille – dans chaque être normalement constitué et cérébré – un peu de chaleur humaniste et de réconfort.
    Robert Badinter en est un parfait exemple, profondément humain sans être démagogue, engagé sans se sentir “investi”, un grand homme, simplement, épris de justice et d’équité, capable de douter, garant de l’utilité de la chose publique et politique tant qu’elle est saine et sincère.
    Valeurs désuètes ?
    Peut-être, ou plutôt sans doute si l’on écoute une grande part de nos politiciens et de leurs électeurs.
    Ce n’est pas pour autant preuve qu’elles soient mauvaises.
    Alors bravo Philippe, pour avoir su gagner la confiance d’un tel homme.

  6. Jean-Claude B dit :

    Oui, que M. Berger s’occupe de ses moutons, il a d’ailleurs pour les garder des gorilles (à défaut de chiens) qui le suivent dans tous ses déplacements. Rien que la présence autour de lui de cette milice me dissuaderait de lui accorder ma confiance.
    Et faut-il dire d’autres raisons ?
    Je n’ai pas envie que ma commune soit défigurée par des opérations immobilières comme le Plessis-Robinson, avec leur prétentieuse architecture pseudo-classique mal digérée, tant prisée par les promoteurs.
    Je refuse que le bois de Clamart soit racheté par le département à l’Office National des Forêts (qui d’ailleurs n’en est pas propriétaire !…) pour, sous prétexte de mieux l’aménager, se donner la liberté de le céder au privé et d’y favoriser de juteuses opérations immobilières – voir l’exemple de ce qui se trame sur d’autres domaines forestiers dans la banlieue est de Paris …).
    Je ne souhaite pas que notre parc de logements sociaux, cité en exemple comme une réussite dans les écoles d’urbanisme, soit défiguré par une “résidentialisation des immeubles HLM” (il fallait inventer le néologisme !) où “des grilles et des portillons autour des immeubles viendraient renforcer l’esthétisme” : l’architecte Robert Auzelles, auteur de cet ensemble exemplaire, doit se retourner dans sa tombe ! Avant de porter des jugements d’esthétisme, un minimum de culture serait indispensable. Et je refuse qu’il soit démantelé, soit disant pour permettre l’accession des résidents à la propriété, mais en fait pour le livrer à la spéculation.
    Notre Maire n’est sans doute pas parfait, mais aucune personne de bonne foi ne peut affirmer que notre ville soit mal gérée, ni qu’elle soit si déplaisante à vivre. Et je constate qu’il s’y est réalisé plus de choses depuis 5 ans qu’au cours des trente années précédentes.

  7. Bach dit :

    Et moi, je refuse de voir l’émule de Pemezec à Clamart : notez bien que pour aider son jeune directeur de cabinet, Pemezec claironne partout que “voter pour lui, c’est voter pour moi”.
    A mon avis, c’est totalement contre productif pour eux, pemezec n’a apxs bonne presse à Clamart.
    Moi, ça me fait froid dans le dos, connaissant son extrêmisme, ses méthodes clientélistes et son goût immodéré pour la promotion immobilière à tout crain.
    Vous voulez vraiment voir des immeubles partout aux petites tourelles qui poussent comme des champignons d’automne dans le centre ville et les rues pavillonnaires ?
    Moi pas, alors je continuerai de m’impliquer pour que la liste de Philippe Kaltenbach soit élue le plus largement possible dimanche soir, et erreinte le mignon de Pemezec.
    Manu

  8. Alain dit :

    Cher Jean-Claude, vous oubliez LA mesure phare du programme de M. Berger. Je veux parler du rétablissement du défilé de la fête des petits pois !
    Alors, là, on touche vraiment le fond…

  9. Lincoln dit :

    Pemezec, pas bonne presse à Clamart ? Détrompez-vous, même si ça peut faire mal : aux élections cantonales, donc sur le Haut-Clamart, c’est lui qui arrive en tête (devant Marquaille). Il a donc bonne presse là-haut.
    Aux élections cantonales sur le Bas-Clamart, c’est Berger, son poulain, qui arrive en tête (devant Gazeilles). Il a donc lui aussi bonne presse là-bas.
    On peut ne pas en être enthousiasmé, mais les chiffres parlent et on ne peut pas leur tourner le dos.
    De la même façon, on peut sourire, on peut tiquer devant les calculs effectués par Berger pour expliquer qu’il peut gagner au second tour des municipales. Mais on pouvait aussi sourire, aussi tiquer devant les calculs (en camembert) effectués par Kaltenbach pour expliquer qu’il allait gagner au second tour des législatives, cette année comme l’an dernier.
    On a vu le résultat : on peut vouloir ignorer la réalité des chiffres, elle nous rattrape souvent.

  10. Paula P. dit :

    Si ce monsieur Lincoln savait lire les chiffres et pouvait sortir de l’idolâtrie, il constaterait que Pemezec a fait 41% sur le Haut Clamart quand Benoît Marquaille et le PC ont totalisé 49,5% : en d’autres termes, la gauche est très largement en tête dans le Haut Clamart et ce n’est qu’avec l’apport massif du Plessis Robinson qu’il est élu conseiller général.
    Quant aux autres résultats, on aura aussi remarqué qu’en juin dernier, sur une vague UMP dans les Hauts e Seine, Pemezec a à peine devancé Philippe Kaltenbach de 500 voix, quasi rien dans une ville de 50 000 habitants. Et en février, alors que Pemezec avait jeté toutes ses forces dans la bataille contre le maire de Clamart, pour se venger, il s’est retrouvé avec 300 voix dans la vue. il avait pourtant aussi seriné “votez pour Schosteck c’este votez pour moi”. on a vu le résultat sur Clamart, une véritable arme de dissuasion massive !
    Et si ce Monsieur Pemezec avait pu croire un instant qu’il est apprécié à Clamart, il se serait présenté à la mairie, comme il en meurt d’envie depuis 2003 et comme il l’avait annoncé dans le Parisien, puis pendant toute la campagne en 2007.
    Mais c’est bien parce qu’il a compris qu’il ne fait pas le poids à Clamart face au maire, qui a un excellent bilan, et qu’il n’est pas du tout aimé (tout au plus subi comme candidat UMP), qu’il s’en est retourné dans son fieif : il s’y ennuie certes, il ne peut pas faire de clientélisme à grande échelle, bon, mais au moins il reste maire.
    Surtout avec ses ennuis judiciaires, il préfère la sécurité.
    On le comprend.

  11. Vanessa dit :

    Chère Paula
    Quelle verve, quelle pugnacité face aux remarques de Lincoln (dont je n’ai pas compris, comme vous, qu’il soit nécessairement un “suppôt du grand Satan Pemezec”…êtes vous bien sure de ne pas tirer sur l’un de vos amis?)
    Mais quand donc en finirez vous avec cette vision manichéiste de la politique locale style “Pemezec=caca, Kalten = fleur de jasmin”… Ne pensez vous pas qu’il serait grand temps d’élever le débat?
    Bien cordialement

  12. Paula P. dit :

    Mais où voyez vous que j’ai qualifié Pemezec de “suppot de Satan” ?
    Je suis bien trop laîque pour employer de tels qualificatifs.
    En revanche, je suis évidemment convaincue que Mr Pemezec ne porte pas les valeurs de progrès et d’humanité que je soutiens, ce qui m’autorise à le critiquer.
    Et c’est me semble t’il débattre en totale liberté, du fond comme de la forme, que de relever que les ambitions de ce monsieur ont été contrariées en juin dernier du fait de ses résultats décevants aux élections législatives à clamart face à Philippe Kaltenbach et que de refuser que ce même monsieur mette la main sur la ville-village de Clamart, soit directement en tant que conseiller général, soit indirectement par l’intermédiaire de son directeur de cabinet parachuté.
    Pour ma part, je ne vous refuse pas le droit de préférer l’UMP et même, d’aimer la droite la plus extrême, de partager ses convictions et d’assumer ses méthodes, d’apprécier le bétonnage et l’individualisme, le clientélisme et les favoritismes. Je ferai en revanche tout ce qui, démocratiquement, est en mon pouvoir pour combattre ces idées et éviter qu’elles se propagent.
    Et si vous croyez sincérement que s’opposer à Mr pemezec, soutenir Philippe Katlenbach, c’est avoir une conception purement manichéenne de la politque, alors, oui, j’avoue être binaire.
    Bien à vous,
    Paula.

  13. Jean-Claude B dit :

    Face au deux candidats pour qui nous allons devoir nous déterminer, il ne s’agit pas maintenant de choisir entre la droite et la gauche, mais entre quelqu’un qui joue honnêtement le jeu et quelqu’un pour qui tous les coups sont permis ; entre quelqu’un qui respecte son adversaire et quelqu’un qui, faute d’avoir un programme, utilise le mensonge et la calomnie, qui diffuse anonymement des tracts de pseudo-collectifs prônant des idées que récuserait pas l’extrême droite.
    En bref entre deux personnes qui ont une conception différente de la politique et de l’honnêteté.
    Comment faire confiance à celui qui utilise des méthodes déloyales pour se faire élire ? Comment demain gèrera-t-il vos intérêts ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *