Nos prochaines réunions publiques avant le premier tour
5 mars 2008
Un appel de chrétiens engagés en faveur du logement social
6 mars 2008

Pourquoi je m'engage, par Nadia Bekhaled

NadiaJ’ai 27 ans et j’ai grandi à Nevers au sein d’une famille franco-algérienne qui m’a rendue attentive aux questions liées à la diversité dans la société. Dès l’âge de 12 ans j’ai choisi de m’engager pour aider les personnes en difficulté via notamment les restos du cœur et en tant que bénévole dans les structures associatives de ma ville.

J’ai, à cette époque, été élève durant 10 ans à l’école de musique de Nevers, d’où je suis sortie avec deux diplômes de fin d’études, l’un de solfège et l’autre, avec mention, de violon. Cela m’a permis de beaucoup voyager par le biais d’orchestres internationaux (en France, en Italie et en Allemagne) mais aussi d’être rémunérée pendant mes études dans le cadre de prestations, avec l’orchestre De Musica ou l’orchestre d’Orsay, et des cours particuliers.

Après des études de droit à l’université de Bourgogne, puis à la Sorbonne de 1999 à 2003, j’ai décidé d’entrer dans la fonction publique pour intégrer le ministère de l’emploi.

Très motivée pour les sujets liés à la solidarité dans le secteur du travail, j’ai choisi de m’orienter vers la politique d’insertion des jeunes, en particulier les jeunes très en difficulté et victimes de discriminations. Au-delà de la mise en œuvre de la politique publique que nous connaissons, le délégué général à l’emploi m’a confié le mandat de créer et développer des mesures autonomes d’accompagnement spécifiques pour répondre plus concrètement à des problématiques nationales et locales.

Ainsi en particulier, j’ai participé avec la mission locale de Melun-Sénart à la création des « groupements de jeunes créateurs » qui vise à accompagner des jeunes sans qualification dans la création d’activité, en lien avec des universités pour leur permettre de valider les compétences développées dans le cadre de leur projet. J’ai également initié un partenariat de fond entre les missions locales et le secteur du BTP, concrétisé par un accord cadre interministériel, en vue d’encourager l’émergence de projets professionnels de jeunes dans le BTP et, par le biais du parrainage, de favoriser une insertion de qualité des jeunes dans cette branche, quel que soit leur profil et leur origine, en soutenant le développement des liens intergénérationnels.

Nommée commissaire du gouvernement en 2005, j’ai pu travailler au plus près du politique, à l’Assemblée Nationale et au Conseil Constitutionnel, et en apprendre les codes, aussi fascinants que déroutants. Mon emploi m’a permis de me spécialiser dans les domaines de la diversité et la lutte contre les discriminations, volets dont je suis responsable dans le domaine de l’emploi des jeunes, le droit du travail et les institutions mais surtout de concrétiser ma volonté de servir l’intérêt général. Je dispose aujourd’hui de divers réseaux de contacts des secteurs privés, publics et associatifs que je souhaite mettre à disposition.

C’est dans la continuité de ces activités que j’ai décidé de m’engager plus avant dans la vie publique grâce au travail de développement de la démocratie locale mené par l’équipe municipale dirigée par Philippe Kaltenbach.

Membre du comité de pilotage Centre depuis sa constitution, et plus épisodiquement d’autres instances, notamment le CCJ, j’ai pu constater ces dernières années que malgré les difficultés et les (viles !) attaques, Philippe Kaltenbach a toujours maintenu ses efforts pour atteindre les objectifs qu’il s’est fixé en gardant la plus grande attention à la vie locale.

J’ai été très fière d’apporter ma contribution à sa campagne législative et de le soutenir aujourd’hui dans la campagne municipale en tant que personnalité indépendante. Philippe Kaltenbach a le souci d’offrir sa juste place à chaque Clamartois quelle que soit sa situation et défend des valeurs de solidarité, indispensables en ces temps de disette sociale et démocratique, et d’ouverture, rares en politique.

Son projet, résolument tourné vers l’avenir, est le seul à proposer une évolution de Clamart profitant à chacun et impliquant tous les Clamartois, sans négliger les questions environnementales et économiques qui sont les priorités de tous nos concitoyens.

Nadia Bekhaled

3 Comments

  1. Françoise PLAIS dit :

    Engagement très convaincant de la part d’une jeune femme. Bravo !

  2. Le PS a un bel avenir devant lui avec des “jeunes” aussi engagés(es), volontaires, et avec un parcours aussi exemplaire !

  3. Monique Gavila dit :

    Abolument! et félicitations pour le parcours tant professionnel qu’associatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *