Communiqué des Verts de Clamart concernant la présence d'Isabelle Chabran sur la liste de Christian Delom
20 février 2008
Pourquoi je m'engage, par Didier Favreau
22 février 2008

Pourquoi je m'engage, par Isabelle Rakoff

Isabellerakoff J’ai 52 ans, je suis séparée et mère d’une adolescente de 15 ans, Sarah, scolarisée au collège Maison Blanche.

J’habite Clamart, dans le centre ville, depuis 1994.
En 1981, après des études de droit à l’Université de Paris X Nanterre, j’ai intégré, par voie de concours, la fonction publique d’Etat où j’occupe actuellement un poste d’attachée d’administration centrale à la Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle, au sein de la Mission pour l’insertion des jeunes.

Depuis l’âge de 17 ans, je me suis engagée avec une conviction totale pour l’égalité hommes –femmes. J’ai milité dans plusieurs associations telles le MLAC, le Planning Familial et le Centre d’Information et de Documentation des Femmes et des Familles.

Durant ces 7 ans de mandature où j’ai eu l’honneur d’être adjointe de quartier chargée des droits et des femmes et de la communication, Philippe Kaltenbach m’a donnée les moyens de créer et de développer une véritable action municipale pour défendre les droits des femmes au sein de notre ville. Au départ, j’étais convaincue de promouvoir les talents des clamartoises, leur place dans la cité en tant qu’actrice économique et citoyenne mais j’ai dû très vite répondre à l’urgence des détresses personnelles et des violences familiales dont la gravité et le nombre ne cessent de me révolter.

Nous avons mis en place avec le CCAS, le commissariat de police et le milieu associatif un dispositif de lutte contre les violences faites aux femmes qui, je le sais parfaitement, ne peut pas encore répondre à toutes les urgences pour lesquelles nous sommes appelés. Toutefois, il fallait vite briser le silence et je tiens à remercier tous ceux qui m’ont aidée dans cette tâche et qui se reconnaîtront. C’est un travail d’équipe, une tâche difficile mais notre motivation est plus forte que jamais.

Mon expérience d’adjointe à la communication m’a confirmé qu’à l’époque des médias et du tout internet, la qualité d’un journal municipal était le meilleur outil, certes pour informer les habitants de ce qui se passe près de chez eux mais également pour leur donner envie non seulement de profiter de nos activités mais encore d’agir en tant que citoyen et citoyenne : le journal est un des reflets les plus significatifs de la dynamique municipale, il renvoie l’image de ce que notre Maire et l’équipe veulent pour cette ville et en retour il se met aussi à la disposition de toutes et de tous : c’est un véritable service public pour les clamartois.

Enfin, en tant qu’élue de quartier, j’ai beaucoup appris et l’échange qui se créée avec les habitants parfois vif nous permet de revenir à l’essentiel de notre engagement : agir localement, rester près et à l’écoute de nos concitoyens. L’exercice apprend l’humilité : nous allons le poursuivre ensemble : la démocratie locale est maintenant pérenne à Clamart.

Je conclue ces quelques lignes en affirmant mon total soutien à Philippe Kaltenbach. Durant 7 ans il a conduit son équipe en mettant en œuvre l’ensemble du programme de 2001. C’est un homme qui veut des résultats et agit au quotidien pour les obtenir. Il y met toute son énergie et je mets de tout mon coeur la mienne pour lui apporter ma modeste collaboration pour l’avenir de Clamart.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *