Pourquoi je m'engage, par Claire Roux
25 janvier 2008
Mon intervention lors de la réunion publique avec Bertrand Delanoé
25 janvier 2008

Article dans le Figaro sur notre circonscription

Lefigaro Comme vous le savez certainement, Le Figaro n’est pas toujours ma tasse de thé.

Je vous conseille néanmoins la lecture d’un article qui vient de paraître sur notre circonscription.

On n’en croit pas ses yeux lorsque M. Schosteck déclare en parlant d’une décision de justice que « pour une peccadille leur vote est remis en cause« . Philippe Pemezec continue sur le même ton « Philippe Pemezec dénonçait la «décision injuste, inique, disproportionnée» des «neuf soi-disant Sages» devant Isabelle Debré, sénatrice des Hauts-de-Seine et ancienne belle-sœur du président du Conseil constitutionnel. « .
Tout le monde doit respecter les lois, et les élus plus que les autres. Et quel exemple est donné en contestant la justice ?

Je pense que les juges du Conseil Constitutionnel (qui est la plus haute instance française), – dont je rappelle que 8 membres sur 9 ont été nommés par des personnalités de droite – apprécieront à leur juste manière d’être qualifiés ainsi par un ex-député, censé voter, et donc appliquer, la Loi.

Le meilleur est que M. Schosteck avoue sans ambage que « S’il est élu, son mandat sera un «intérim».« . Les électrices et les électeurs ont-ils envie d’élire un député intérimaire ?

« Dimanche, il faut que nous confirmions la victoire de juin pour me venger » déclare Philippe Pemezec. On voit bien là l’état d’esprit qui anime l’UMP dans cette élection. C’est un discours vindicatif du quelqu’un qui n’a à se plaindre de personne, sinon de lui-même, car il a été justement sanctionné pour des fautes qu’il a commises. Et les électeurs UMP doivent se sentir bien trahis et floués. Ils ont votés pour un candidat qui s’avère avoir abusé de ses fonctions pour son propre intérêt.

Quand à moi je n’ai ni haine ni ressentiment personnel à l’encontre de qui que ce soit. Je veux être élu pour défendre un projet, des idées, des valeurs et pour être aux côtés de celles et ceux qui souffrent des mauvais coups portés par le gouvernement.

Voilà en tous cas un article bien édifiant dont je vous conseille la lecture.

° Lire l’article sur le site du Figaro :
http://www.lefigaro.fr/politique/2008/01/24/01002-20080124ARTFIG00648-premier-test-pour-l-ump-dans-les-hauts-de-seine.php

° Vous trouverez cet article ci-dessous :


Le premier tour de la partielle pour élire le successeur de Philippe Pemezec a lieu dimanche.

«Dimanche, il faut que nous confirmions la victoire de juin pour me venger, pour venger cette humiliation qui nous a été faite.» Philippe Pemezec ne cache ni son amertume ni sa colère. Le 17 juin 2007, le maire UMP du Plessis-Robinson, commune de 25 000 habitants du sud-ouest de Paris, était réélu député de la 12e circonscription des Hauts-de-Seine face au socialiste Philippe Kaltenbach, maire de Clamart. Le 29 novembre, le Conseil constitutionnel annulait le scrutin et déclarait Philippe Pemezec inéligible pour un an. Motifs de cette sentence : l’installation d’une permanence électorale sur le domaine public sans contrepartie d’un loyer et la promotion durant la campagne d’un livre dont il est l’auteur et dont il a reçu 1000 exemplaires gratuits.

Ce dimanche 27 janvier et le 3 février, les électeurs de Clamart, Châtillon, Fontenay-aux-Roses et Le Plessis-Robinson sont donc appelés à élire leur nouveau député. Jean-Pierre Schosteck, maire de Châtillon et ancien sénateur, suppléant de Pemezec aux dernières élections, défendra les couleurs de la majorité dans un combat qu’il aborde avec confiance. «Les gens sont ulcérés de voir qu’on avait gagné et que pour une peccadille leur vote est remis en cause», explique Schosteck, présageant une bonne mobilisation de son électorat. Sa courte campagne, il l’a menée autour d’un slogan, «Résolument dans la réforme», en soutien à la politique du gouvernement. Et autour d’un credo : un député de la majorité est le mieux à même de défendre les intérêts de la circonscription.

«Assurer l’intérim de Pemezec»

Ce combat, Schosteck n’entend pas pour autant le mener à l’Assemblée nationale au-delà de cette législature. S’il est élu, son mandat sera un «intérim». «En 2012, je soutiendrai Philippe Pemezec pour qu’il retrouve son siège de député», annonce le candidat de l’UMP, soutenu par le Nouveau Centre et le Parti radical. Car à l’applaudimètre des meetings, le maire de Châtillon cède souvent le pas à celui du Plessis-Robinson.

Mardi soir, c’était à Châtillon, en réunion publique avec Jean-François Copé, président du groupe UMP à l’Assemblée, Frédéric Lefebvre, député de la circonscription voisine, et Laurent Hénart, secrétaire général du Parti radical. Philippe Pemezec dénonçait la «décision injuste, inique, disproportionnée» des «neuf soi-disant Sages» devant Isabelle Debré, sénatrice des Hauts-de-Seine et ancienne belle-sœur du président du Conseil constitutionnel. Le public de 350 personnes lui livra un tonnerre d’applaudissements, réservant ses huées à chaque mention de son adversaire.

«Il veut passer pour un martyr, mais ce n’est pas très digne pour un élu de contester une décision de justice», rétorque Philippe Kaltenbach, à l’origine de la saisie du Conseil constitutionnel. «La page Pemezec tournée», le candidat investi par le PS, les Verts, le PRG et le MRC place l’enjeu de ce nouveau scrutin au-delà des frontières de la circonscription : «C’est l’opportunité de sanctionner le gouvernement sur des mesures qui passent très mal, comme la franchise médicale ou le détricotage du Code du travail.» Preuve de cet intérêt national, Arnaud Montebourg et Bertrand Delanoë se sont déplacés pour soutenir Philippe Kaltenbach dans sa circonscription. Tout comme François Hollande est venu porter le fer «au cœur du sarkozysme», espérant qu’une victoire dans les Hauts-de-Seine annoncera «le printemps de la gauche».

4 Comments

  1. Bach dit :

    Même Le Figaro est estomaqué par l’outrecuidance des candidats de droite.
    C’est dire !
    Manu

  2. Laurent dit :

    On sent que le vent souffle, Le Figaro sous entend clairement que l’UMP risque fort de perdre un siège de député dans les Hauts de Seine.
    Même eux croient en la victoire de Philippe Kaltenbach.
    Y a bon

  3. Bach dit :

    Il y a aussi un bon article prometteur dans l’Express, le journaliste fait part de l’espoir réel du PS de prendre les deux circonscriptions, tout particulièrement chez nous dans les Hauts de Seine.
    http://www.lexpress.fr/info/france/municipales2008/actu.asp?id=464948
    Tout le monde y croit, à nous de transformer cet espoir en réalité.
    A dimanche,
    Manu

  4. revue de presse dit :

    il y a aussi Libération et Le Monde qui rappellent ces élections:
    http://www.lemonde.fr/politique/article/2008/01/25/dans-les-hauts-de-seine-le-ps-espere-reconquerir-un-siege-de-depute_1003573_823448.html
    http://www.liberation.fr/actualite/politiques/306263.FR.php
    Ce que j’ai particulièrement aimé, c’est ce commentaire de Schosteck qui fait l’objet d’une enquête préliminaire pour les marchés publics de Chatillon Habitat donné à son beau-frère : je n’ai pas été entendu par la police, c’est dire combien cette affaire est urgente.
    Déjà il ne nie plus qu’il y a bien une affaire, il ne nie plus qu’il y a bien une véritable enquête. Merci.
    Mais nous aussi on se demande pourquoi dans les Hauts de Seine, les enquêtes qui concernent les élus RPR et UMP n’avancent pas plus vite : la question est pertinente et j’espère que l’élection de Philippe Kaltenbach comme député aidera à faire comprendre à la justice que c’est fini ces prébendes, qu’il n’y a plus d’intouchables.
    Tous à nos votes dimanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *