La gauche progresse à Clamart depuis 2002
27 juin 2007
Le 14 juillet à Clamart
12 juillet 2007

Passerelle du Petit Clamart : l’Etat et les centres commerciaux Art de Vivre et Usine Center doivent prendre leurs responsabilités

Passerelleprov2J’ai lu un article tout à fait désobligeant de M. Berger, nouveau tête de liste UMP pour les prochaines municipales, sur son blog, concernant la passerelle de Clamart.

Je tiens donc à faire quelques précisions.

Tout d’abord j’ai regretté qu’il ai fallu un drame, la mort de la fillette le 2 janvier dernier, pour que le Préfet réunisse enfin toutes les parties le 15 janvier et décide de mesures. J’ajoute que ni M. Pemezec, conseiller général pendant 10 ans, ni M. Perrin, actuel conseiller général, ne s’en étaient inquiétés.

Pour ma part j’avais pourtant écrit au Préfet à de nombreuses reprises et je lui avais également transmis les pétitions des riverains et des conseils de quartier. Jusqu’au drame rien n’avait bougé.

Suite au drame, depuis le 16 mai, une passerelle provisoire surplombe l’A86. C’est l’un des engagements pris par l’Etat le 15 janvier et j’en suis très satisfait.

Se pose maintenant la question de la réalisation de la passerelle définitive.

Je rappelle qu’historiquement les permis de construire délivrés par la commune de Bièvres pour les immeubles ‘’Art de Vivre’’ et ‘’Usine Center’’ étaient assortis de l’obligation de réaliser une passerelle d’accès pour leur clientèle.

Cette passerelle n’a jamais été réalisée.

En substance, cela revient aujourd’hui à rechercher des solutions pour pallier aux obligations incombant à l’origine aux bénéficiaires des autorisations de construire.

Le jeudi 28 mai dernier a eu lieu une nouvelle rencontre à la sous-préfecture d’Antony.

J’ai à cette occasion donné la position de la ville de Clamart. Il n’est pas question pour la Ville de se substituer aux responsabilités de l’Etat ou des grandes surfaces.

Le plan de financement présenté par le Préfet prévoit 50% de financements publics (20% Etat, 20% Région – grâce à mon intervention auprès du Président Huchon – et 3,3% pour chacun des 3 départements concernés) et 50% de financements privés pour la construction de la passerelle.

Or, concernant le financement privé seules Usine Center (10%) et Art de Vivre (17%) ont donné leur accord. D’autres entreprises ont d’ores et déjà refusé : reste donc encore à trouver 23% côté privé.

Lors de cette réunion le Préfet a également voulu confier la gestion de la future passerelle à la ville de Clamart. J’ai refusé. J’ai dit que la ville pouvait prendre à sa charge l’entretien courant (nettoyage) de cette passerelle, ce qui coûte quelques milliers d’euros, en lien avec les communes de Bièvres et de Vélizy, mais pas la responsabilité.

Cette responsabilité incombe à l’Etat qui voudrait en l’espèce se défausser sur la ville. Cette passerelle passe en effet au dessus d’une autoroute et donc sur un terrain appartenant à l’Etat. acc

Contrairement à ce que pense M. Berger il ne s’agit pas d’une question d’argent, bien que je sois toujours très regardant dans l’utilisation de l’impôt des clamartois, et qu’il s’agisse ici de faciliter des intérêts privés, mais de la défense des intérêts de Clamart.

Et puis, en effet, on pourrait me dire que puisque les premières années il ne se passera rien, ce sera mon successeur, dans 15 ans, qui aura à gérer les conséquences de cette décision d’accepter d’être responsable de la passerelle. Mais j’ai eu moi-même eu trop souvent à gérer les conséquences de décisions prises il y a plus de 15 ou 20 ans pour ne pas être exigeant aujourd’hui dans les décisions que j’ai à prendre et qui impactent l’avenir.

Vincent Gazeilles, conseiller Général des Hauts-de-Seine, a d’ailleurs défendu cette position lors de la dernière séance du Conseil Général où cette question était à l’ordre du jour.

Je souhaite que cette passerelle définitive soit réalisée comme prévu, mais que chacun prenne ses responsabilités.

2 Comments

  1. dom dit :

    Berger, c’est pas le chef de cabinet de Pemezec au Plessis Robinson ?
    Faut pas chercher plus loin les attaques basses politiciennes.
    Pas grave, il se discrédite.

  2. Louise dit :

    Il semble que ce Monsieur berger préfère défendre les intérêts de son patron plûtot que ceux de Clamart et de ses habitants en polémiquant bêtement. Je pense qu’il faut le laisser faire, il beugle dans le désert.
    En revanche, je vous demande de veiller surtout à ce que l’Etat tienne ses engagements et ses responsabilités. Il ne faudrait pas qu’il se défausse une fois de plus, alors que la sécurité des passants est en jeu.
    En tout cas, merci de votre action volontaire car si cette passerelle a pu voir le jour, nous savons bien que c’est grâce à votre action, engagée avant le décès de la petite et malheureusement après son accident.
    On compte sur vous,
    Louise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *