Venez rencontrer Michel ROCARD samedi 14 avril
13 avril 2007
Michel Rocard était très attendu…
16 avril 2007

Face à la tentation Bayrou… le seul vote utile est le vote pour Ségolène ROYAL

J’entends ici et là quelques électeurs traditionnellement de gauche me dire qu’ils ne sont pas insensibles à ce que les médias ont appelé « l’effet Bayrou », et qu’ils pourraient être tentés de voter au 1er tour de l’élection présidentielle pour le candidat de l’UDF.

A ces électeurs, je rappelle que M. Bayrou est et reste encore un homme de droite, comme le démontre si bien le rapport de la Fondation Copernic que vous pourrez consulter à la fin de cette note.
Certes, il faut reconnaître que M. Bayrou est effectivement en train d’évoluer, (surtout depuis que certains élus et responsables UDF notament dans notre département l’ont trahi en se ralliant à M. Sarkozy), et je souhaite qu’il continue d’évoluer vers les positions défendues par le Parti socialiste et Ségolène Royal. Et puis, en politique, il y a le discours et les actes.

De plus, je considère que le vote Bayrou nous mènerait dans une impasse, car en dépit de ses grands discours sur le rassemblement, sa proposition d’un gouvernement où siègeraient des ministres de droite et de gauche est vouée à l’échec. Comment gouverner lorsqu’il existe de clivages aussi forts entre la droite et la gauche sur la fiscalité, sur les salaires, sur l’économie, sur la répartition des richesses… ? Sur quelle majorité s’appuyer ? Quel programme mener ?

Les exemples sont nombreux. J’en prendrais seulement deux :
Sur l’éducation, Ségolène Royal propose de rétablir tous les postes supprimés par la droite depuis 5 ans, alors que M. Sarkozy veut continuer à limiter le nombre de fonctionnaires en ne remplaçant qu’un départ à la retraite sur deux.
Dans le domaine de la santé, Ségolène Royal veut garantir l’accès à la santé pour tous, alors que M. Sarkozy envisage de créer une nouvelle franchise pour les patients.
Sur tous les thèmes, les projets de la droite et de la gauche s’opposent. Comment ferait M. Bayrou pour concilier toutes les exigences ?

De plus, les exemples allemands et italiens nous montrent qu’un gouvernement d’union nationale entraîne inévitablement un échec. Le premier ministre italien a déjà démissionné 3 fois ! La vie politique allemande est paralysée.

Voila pourquoi le seul vote utile à gauche dès le 1er tour de l’élection présidentielle est le vote pour Ségolène Royal.

Michel Rocard, que nous recevons samedi 14 avril à Fontenay-aux-Roses puis à Clamart, vient de s’exprimer sur le sujet en appelant à une alliance dès le 1er tour entre Ségolène Royal et M. Bayrou. Son avis n’est pas celui du Parti socialiste, et je ne le partage pas non plus. Mais notre parti n’est pas une caserne et chacun a le droit de défendre ses positions personnelles. Pour autant, le PS se doit de respecter les positions validées par ses instances et ses militants. Il ne peut donc y avoir d’alliance entre le PS et une partie de la droite.

Ensuite, au second tour, s’il faut un front républicain pour battre la coalition Sarkozy – Le Pen, j’espère que M. Bayrou ira tout au bout de sa nouvelle logique et appellera à voter pour Ségolène Royal. Car toutes les voix des démocrates compteront pour battre le candidat d’une droite dure et dangereuse. Et dans tous les cas de figure, je n’imagine pas les électeurs de M. Bayrou voter pour M. Sarkozy, sauf à se renier. Mais nous n’en sommes pas encore là…

Alors, dès le 22 avril, donnons le maximum de voix à Ségolène Royal afin de lui permettre de poursuivre le rassemblement de tous les démocrates en vue de second tour, le 6 mai.

Pour toutes les personnes de gauche encore tentées par François Bayrou, je vous invite à lire le rapport de la Fondation Copernic intitulé « L’effet Bayrou ou la République du centre »
Téléchargement leffet-bayrou-copernic-flash.pdf.

Ce rapport souligne le parcours politique de M. Bayrou, ministre de l’éducation du gouvernement Balladur, qui a ainsi « participé à la thérapie de choc néolibérale infligée à la France de 1993 à 1997« .

Il explique que son programme actuel n’est pas celui d’un « rebelle » et n’a rien de « social-libéral » comme le prétend le candidat. Ses principales propositions dévoilent un projet « nettement plus libéral que social« , ainsi, de sa volonté de faire de la France « un pays pro-entreprises« , de la rigueur budgétaire « érigée en dogme » par sa proposition d’inscrire dans la Constitution l’interdiction pour un gouvernement de présenter un budget déficitaire, « la refonte universelle » des retraites vue comme « un projet de nivellement par le bas« , ou encore l’allégement de l’impôt sur la fortune… autant de sujets à ranger dans « la poursuite des politiques néoclassiques » de la droite.

Le projet de société du candidat de l’UDF « est un projet faussement humaniste et authentiquement réactionnaire« , dénonce encore la Fondation Copernic. « Recyclage » de la théorie du moins d’Etat, rejet de l’immigration parce que le pays « compte quatre millions de chômeurs« , remise en question du droit de grève « sous couvert d’un service garanti dans les transports« , proposition « aux relents sécuritaires évidents » de mise sous tutelle des allocations familiales quand il y a abandon de responsabilité des parents… les réformes centristes démontrent « l’ambition de parvenir à convertir la France à la démocratie chrétienne« , conclut la note.

Pour la Fondation, la preuve est ainsi faite que le programme présidentiel du centriste s’inscrit « dans la grande tradition libérale et réactionnaire » dont M. Bayrou ne serait qu' »une variante actualisée« . Un leurre qui, « par sa négation des divergences d’intérêts et l’occultation du conflit social » au profit d’une « régulation paternaliste de la société« , pèserait dangereusement sur la vie politique française.

La note rappelle enfin en exergue la citation du philosophe Alain en 1930 : « Lorsqu’on me demande si la rupture entre les partis de droite et les partis de gauche (…) a encore un sens, la première idée qui me vient est que celui qui demande n’est pas un homme de gauche.« 

4 Comments

  1. Max dit :

    Ségolène n’y sera pas au second tour, car elle aura refusé l’idée la plus intelligente de cette campagne, venant ô hasard d’un des plus intelligents socialistes, Michel Rocard, l’union pré-1er tour UDF-PS.
    Avec Sarkozy-Le Pen le 22 Avril à 20h, certaines soupes à la grimace feraient (soyons sympa employons le conditionnel) peine à voir.

  2. Philoup dit :

    Si je suis la logique imparable de Max, Ségolène devrait tout de suite faire un ticket 1er tour avec Sarkozy et Le Pen !
    Si, pour être au 2ème tour, Ségolène doit virer à droite, pouvez vous m’expliquer alors l’intérêt de son pacte présidentiel, antinomique avec les propositions de droite de patronage de Bayrou ?

  3. Zut alors ! dit :

    Chiche, Max et Philoup, avant dimanche Bayrou se retire, se range derrière Ségolène, signe le Pacte présidentiel… Non ?

  4. Georges dit :

    Je crois que vous vous trompez, les clivages ne sont pas aussi fort que vous le prétendez monsieur. Desfois on se demande si Royal n’est pas plus à droite que Sarkozy. Quand a Sarkozy il a également piqué des idées à la gauche.
    J’aimerai quand même que vous m’expliquiez l’intérêt d’appeler à voter Royal alors que cette candidate, qui si elle parvient au 2nd tour sera confronté a Sarkozy, est systématiquement donnée perdante depuis des mois face à celui-ci dans les sondages. Le seul homme capable de le faire c’est François Bayrou. FB ne propose pas un rassemblement ou viendrait s’opposer des gens aux idées radicalement opposées. Il veut reunir les forces politiques autour d’un projet bien connu dans l’Europe. Celui qu’on appelle la sociale démocratie. Des personnalités de tous les bords sont capable d’adhérées à un tel projet, par exemple, Dominique Strauss-Khan, Jean Louis Borloo, Bernard Kouchner, Claude Allègre, etc… L’idée n’est pas absurde, d’autre part, ce que propose la droite, comme la gauche, nous avons déjà essayé, tour après tour et les réformes n’ont pas été faites dans des domaines aussi important que l’éducation ou les retraites. Aujourd’hui on a droit à une myriade de promesses chez l’UMPS. Que peut on encore espérer de ces 2 là?
    L’idée de vouloir reunir toute la gauche est une erreur. C’est la même chose à chaque élection depuis 20 ans! Le PS et les partis anti-libéraux ne sont pas capable de se mettre daccord.
    Rien que le PS, il loge en son sein des courants parfaitement contradictoires, j’en ai pour preuve le référendum sur l’Europe. Quelle conduite le PS peut il adopter face à cette question? Alors que ses dirigeants ne sont pas même capable de se mettre daccord!
    La réalité est qu’il y a une partie du PS qui a un avenir avec le centre et que la proposition de François Bayrou est opportune pour regrouper les esprits.
    Il est grand temps que le PS explose, et fasse naissance à un partie sociale démocrate et probablement une ènieme composante anti-libérale.
    Pour le bien de la France, votez utile et n’attendez pas le deuxième tour. Votez dès à présent pour François Bayrou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *