A votre rencontre mercredi au Plessis-Robinson, devant le Leader-Price
3 avril 2007
Tous sur le pont ce week-end
6 avril 2007

Le maire du Plessis-Robinson injurie son opposition en plein Conseil municipal : un élu et une association portent plainte

Lors de la séance du Conseil Municipal du Plessis Robinson le 29 mars 2007, le maire, M. Pemezec, qui est également l’actuel député de notre circonscription, a violemment pris à parti son opposition, dans des termes injurieux qui lui sont malheureusement de plus en plus familiers.

La violence de ses propos, en réponse à une question sur le logement, posée Christophe Leroy, conseiller municipal, a même poussé l’opposition à quitter la séance.

Il est pourtant naturel que les différents groupes représentés dans un Conseil municipal ou dans toute autre assemblée aient des positions opposées sur certains sujets, cela participe d’ailleurs au débat démocratique.

Mais il semblerait qu’au Plessis-Robinson, le maire ait une vision très particulière de la démocratie et que sa réponse aux arguments contradictoires de son opposition ne soit qu’injure, haine et insulte.

A la suite de ce triste épisode, Christophe Leroy, conseiller municipal d’opposition, a écrit au Préfet pour lui demander « de bien vouloir en tant que représentant de l’Etat faire respecter les règles qui régissent le fonctionnement de l’assemblée municipale. » Et une plainte pour injures publiques a été déposée au commissariat par Benoît Marquaille, conseiller municipal d’opposition et par un représentant de l’association P.L.E.S.S.I.S., dont les membres ont été traités « d’arriérés » par le maire.

Voici la retranscription de la mémorable sortie de M. Pemezec : je vous laisse juge !
« Le nombre de logements socials, il a pas diminué, je vous le redis, je le dis au public, il faut quand même tordre le cou à ces idées que défendent ces arriérés que vous êtes vous voulez pas regarder devant vous et passez votre temps à regarder derrière, en fait ce qui vous emmerde c’est qu’on construit du logement privé, alors quand on construit du logement privé c’est du béton quand on construit du logement social tout d’un coup vous dites plus rien. Et maintenant même pour du logement social vous trouvez à redire alors ce que vous dites on s’en fout et s’en contrefout et nous on continue d’avancer et on fait des beaux logements et on continue de faire une belle ville et si vous z’êtes pas contents aller habiter à Bagneux, à Grigny ou aux Tarterets, vous verrez c’est le pied, c’est le paradis. Voilà. Bon nous on va continuer notre politique et comme j’ai pas envie et je le défends à l’Assemblée Nationale et je le défends ici également je mets ma conscience en concordance avec mes actes moi je veux maîtriser les attributions sinon je fais plus de logement social donc je veux maîtriser, donc je donne ma garantie, on donne la garantie communale pour contrôler le 1 % des attributions, on rachète des logements qui auraient pu être achetés par le 1% pour maîtriser à nouveau la garantie des attributions nous avons le contingent … (propos non compréhensible sur la bande son. Préfectoral ?) ; Nous avons d’excellents rapports avec le Conseil Général et l’Office et nous avons aussi une préférence en matière de … (propos non compréhensible sur la bande son) Voilà. Et donc le maire peut reloger ses habitants les enfants de nos habitants les habitants qu’ont des problèmes familiaux qui divorcent opérer sur les regroupements familiaux ? Nous aidons nos habitants, ce qu’on fait aujourd’hui au Plessis Robinson. Nous aidons nos habitants à se loger alors. Ce que vous dites ? le logement social. Quand je vois ce qu’écrit l’association PLESSIS cette espèce de bande d’arriérés qu’a pas grandi qu’a pas mûri et qu’à une cacahuète à la place du cerveau pour raconter plessis-béton faut voir un peu, vous nous avez laissé une ville pourrie dans lequel les gens pouvaient avaient honte de vivre aujourd’hui les gens ils sont fiers de leur ville, la ville elle commence à être belle elle est belle pour tout le monde et surtout pour les gens modestes parce qu’au fond les gens modestes vous les méprisez c’est votre fond de commerce et plus ils sont malheureux et plus vous êtes contents plus vous … (propos non compréhensible sur la bande son) ce mécontentement pour le récupérer politiquement.
Nous ne sommes pas dupes, les habitants ne sont pas dupes de ce jeu. Voilà et donc vous pouvez toujours continuer à dire ce que vous dites je pense que …
(propos non compréhensible sur la bande son). Si vous pouviez un peu évoluer un peu réfléchir et un peu ouvrir vos yeux sur la réalité peut-être enfin c’est pas tout à fait ce que vous pensez Voilà. Mais c’est pas étonnant que le Parti Communiste soit à 3,5 ?
Vous êtes incapables d’objectivité, d’honnêteté intellectuelle et de réflexion et de regard ouvert sur ce qui se passe. Voilà ce que j’avais à vous dire.
»

10 Comments

  1. Damien dit :

    arrièré, une cacaouete a la place du cerveau…
    cela ne vole pas très haut avec Pemezec mais cela ne m’étonne pas beaucoup.
    il est coutumier de l’agression verbale.

  2. BACH dit :

    Pemezec a les nerfs qui lâchent.
    Manu

  3. Max dit :

    C’est marrant, tous les mots virulents passent super bien à la bande son …

  4. Goude dit :

    C’est super drôle, tout le monde aime se faire insulter ! Et petite précision, il ne s’agit pas de mots virulents mais de mots injurieux et insultants. Ya une différence.

  5. zaza dit :

    pétage de plombs pour sur mais pas le premier et j’espère dans les derniers

  6. Miou dit :

    C’est marrant, on a l’impression d’entendre Sarkozy lorsqu’il s’énerve! Ils sont à mettre dans le même sac, tous les deux. Qui se ressemble s’assemble…

  7. Camille dit :

    Après avoir tenté de museler son opposition au conseil municipal en supprimant leur tribune dansl le journal municipal au motif qu’il est candidat à sa réélection, il en vient à insulter les élus parce qu’ils osent s’opposer à lui.
    La démocratie locale est visiblement très malade au Plessis Robinson.

  8. Max dit :

    Dans le même sac, je ne sais pas, mais si Philippe Pemezec passe par les mêmes postes que Sarkozy, il a de la chance

  9. lenalena dit :

    plutôt que de retranscrire la bande son par écrit , pourquoi ne pas l’héberger et la mettre à disposition de tous en lecture simple ou en telechargement dans son intégralité…?

  10. jean dit :

    Pemezec a peut etre pêté un plomb, mais il aurait été tout aussi intéressant et édifiant de replacer ce « lacher » dans son contexte avec ce qui avait été dit ou sous entendu juste avant. Je me remémore la grosse colère de Ségo à son oral du 2e tour, alimentée par un énorme mensonge chiffré sur les élèves handicapés. Pas de lynchage hatif SVP !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *