Le pacte présidentiel de Ségolène Royal : Plus juste, la France sera plus forte
12 février 2007
Rencontre – débat sur l’Education, vendredi 16 février à Fontenay-aux-Roses
15 février 2007

Les propositions de Ségolène Royal : zoom sur « le travail pour tous »

Sgo_villepinteTout à long de cette semaine, je reviens en détails sur les 100 propositions de Ségolène Royal, inscrites dans son pacte présidentiel, qu’elle a présenté dimanche 11 février à Villepinte.

Ces propositions sont le fruit d’un travail d’écoute et de concertation mené avec les citoyens lors des 6 000 débats participatifs organisés sur tout le territoire. Elles s’appuient également sur le projet socialiste, élaboré pendant plusieurs mois par les militants.

Premier thème abordé aujourd’hui : le travail pour tous.

Vous pouvez également télécharger l’intégralité du pacte présidentiel de Ségolène Royal en cliquant iciTéléchargement pacte_prsidentiel.pdf.

La Présidente du travail pour tous

Le chômage ne baisse pas, sauf dans les statistiques officielles, la précarité se répand, le nombre de Rmistes a augmenté de plus de 250 000 depuis 2002. 70 % des embauches se font avec des CDD et de l’intérim. Et comment travailler plus quand tant de jeunes et de moins jeunes voudraient travailler tous ?

Lutter contre la précarité
– Conditionner les aides publiques aux entreprises à l’engagement de ne pas licencier quand l’entreprise dégage des profits substantiels et obtenir le remboursement en cas de délocalisation.
– Moduler les aides aux entreprises et les exonérations de cotisations sociales, en fonction de la nature des contrats de travail, et supprimer le CNE pour faire du CDI la règle.
– Développer la négociation collective à tous les niveaux et sur tous les thèmes, notamment sur les questions d’organisation du travail, de conditions de travail, d’aménagement du temps de travail, de pénibilité, de temps partiel subi. Sur les 35 heures : ouvrir les négociations pour déterminer comment on peut consolider cet acquis et réduire ses effets négatifs pour les ouvriers et les employés.

Sécuriser l’entrée des jeunes dans la vie active
– Créer le droit au premier emploi des jeunes, pour qu’aucun jeune ne reste au chômage au-delà de six mois sans avoir un accès à une formation, un emploi aidé ou un tutorat rémunérés. Ouvrir 500 000 emplois tremplins aux jeunes, en généralisant la mesure prise par les régions de gauche.
– Instaurer un plan à taux zéro de 10 000 euros en faveur de chaque jeune pour l’aider à construire un projet.

Favoriser le retour à l’emploi
– Mettre en place un revenu de solidarité active (RSA) permettant l’amélioration d’un tiers de ses ressources à tout bénéficiaire de minima sociaux reprenant le travail.
– Renforcer la qualification et la capacité de revenir à l’emploi des salariés menacés de licenciement : mettre en oeuvre systématiquement une démarche de validation des acquis de l’expérience professionnelle et reconnaître à chacun un droit à la formation et à la reconversion inversement proportionnel à la durée des études.
– Mettre en place une sécurité sociale professionnelle garantie par l’Etat et permettant à chaque personne privée d’emploi de se voir proposer par les pouvoirs publics un contrat de droits et devoirs comportant :
> une rémunération, pendant un an, égale à 90 % du dernier salaire net perçu ;
> une formation qualifiante ;
> une aide personnalisée à la recherche d’emploi ;
Cette prestation sera assurée par le service public de l’emploi.

5 Comments

  1. zorg dit :

    On aura décidément tout vu : P. Kaltenbach qui se pose en donneur de leçons sur les créations d’emploi, alors que chacun peut constater qu’aucune grande entreprise (à l’exception de Optic 2000, mille fois cité en exemple) ne s’est implantée à Clamart depuis des années et qu’au contraire, Issy les Moulineaux, Meudon et Chatillon arrivent à attirer de nombreuses entreprises de dimension mondiale et à créer des emplois.
    Ensuite, pourriez-vous expliquer concrètement ce que signifie un « droit au premier emploi des jeunes » ? Faut-il comprendre qu’un jeune qui ne trouve pas de boulot peut se retourner contre l’état et celui-ci lui propose un poste dans la fonction publique ?
    Encore une formule de Marie-Ségolène qui ne veut rien dire : désir d’avenir, ordre juste, cahier d’espérance, …

  2. Renaud dit :

    Cela va bien à un affidé de l’ancienne équipe RPR UDF à Clamart de donner des leçons en amtière d’activité économique sur le Ville : vous avez laissé à l’abandon l’activité éconimique, les enreprises ont par dizaines abandonné Clamart, le comerce s’est étiolé parce qu’il n’a pas été soutenu (ni animation, ni aide, ni volonté de résister face aux centres commerciaux de Vélizy). RIEN
    Alors que Philippe KALTENBACH a bien compris que les transports en commun vont changer la face de clamart, il a soutenu à corps perdu le projet de tramway contre la droite à l’époque qui soutenait l’autoroute souterraine (MUSE), il fait venir des entreprises dont la plus grosse est effectivement optic 2000 mais d’autres s’interessent à la zone, la mairie a soutenu la création d’entreprises (lisez le journal municipal, vous verrez), etc.
    Quant aux villes voisines, je remarque que vous vous contentez de postuler qu’il y a eu des dizaines d’implantation d’entreprises sans les citer, certainement parce que vous en ignorez tout.
    Sur Issy les Moulineaux, c’est très vrai, cette ville a de nombreuses et très importantes entreprises : des barres de verre s’élèvent partout, il n’existe pus de quartier résidentiel, c’est la guerre économique, il n’y a presque plus de logements sociaux, seuls les cadres du secteur tertiaire habitent cette ville au foncier très cher…
    Si c’est cela que vous voulez, inscrivez le dans votre programme (et ayez les compétences de le mettre en oeuvre, là je doute) mais moi je ne souhaite pas cet avenir à Clamart.
    Alors continuons d’agir pour remonter la ville.

  3. BACH dit :

    Ségolène Royal a mis le doigt sur ce qui est essentiel aujourd’hui, avec le logement et l’éducation : le droit d’obtenir un emploi, d’être qualifié tout au long de sa vie pour continuer de travailler et le droit de travailler dans la sécurité. Elle propose aussi de nombreuses mesures pour soutenir les personnes qui n’ont pas accès à l’emploi afin de s’insérer.
    La logique de la gauche est totalement différente de celle de la droite : Sarkozy ne s’adresse qu’aux personnes qui ont déjà un emploi en leur proposant de travailler toujours plus, prétendant que les Français ne travaillent pas assez : mais ce n’est pas vrai, les Français qui travaillent sont les personnes qui sont les plus productives au monde. En revanche, il n’y pas assez de travailleurs, il y a trop de sans emploi. Mais ça n’intéresse pas Sarkozy les sans emplois, comme s’il s’agissait de paresseux, d’assistés comme il dit.
    Créer des emplois pour tous, c’est diminuer les allocations versées, augmenter les recettes fisclaes et sociales, les cotisations retraite…
    Comment cela ce fait-il que seule la gauche comprenne ce cercle vertueux de l’économie ? ce n’est pas du dogmatisme mais du pragmatisme. La solidarité est une nécesité humaine et une vertu économique.
    Manu

  4. zorg dit :

    Pour Renaud :
    Au risque de vous décevoir, je ne suis pas un fan de l’ancienne équipe municipale habitant Clamart depuis 4 ans seulement.
    Après 5 années de mandat de PK, c’est un peu facile d’accuser l’ancienne municipalité de tous les maux.
    Je persiste à dire que PK n’a rien fait pour dynamiser le commerce à Clamart et que le centre ville meurt à petit feu (les commerces ferment les uns après les autres et sont remplacés par des banques ou des opticiens !) Une des causes possibles, à mon sens, est qu’il est devenu impossible de circuler et de se garer à Clamart (le Maire n’a qu’à regarder par sa fenêtre pour s’apercevoir que la place M. Gunsbourg est constamment bloquée). Or, cette situation est bien la conséquence de la politique menée par PK, non ? D’ailleurs, il continue ses travaux (salle polyvalente à Hunebelle) sans prévoir la moindre place de stationnement.
    S’agissant des entreprises, votre réponse est pathétique : à part Optic 2000, vous n’êtes pas capable de citer une seule entreprise arrivée à Clamart depuis des années.
    Quant à moi, je peux vous citer :
    – à Chatillon : France Télécom, Siemens
    – à Meudon : Gemplus
    – à Issy : Orange, Cisco, HP, France 24, Canal+, L’Equipe, Steria, …
    J’aurais d’ailleurs aussi pu citer Le Plessis Robinson avec MBDA, Renault, …
    Il est donc facile de constater que Clamart est à la traine, et qu’en « choisissant » de nous allier à Fontenay, Malakoff et Bagneux, je ne suis pas certain que « nous » ayons fait le bon choix.
    Pour Manu / Bach :
    vous posez la bonne question « commment se fait-il que seule la gauche comprenne ce cercle vertueux de l’économie ? »
    Simplement je la formulerais différemment en demandant « comment se fait-il que les idées de la gauche française en matière d’économie (les 35 heures par exemple) ne trouvent preneurs nulle part à l’étranger, y compris dans les pays dirigés par des sociaux démocrates ? »
    Le PS ferait bien de s’inspirer de Blair, Schröder, … s’il veut avoir une chance un jour, parce que pour ce coup-ci cela me parait mal engagé.

  5. polux0474 dit :

    voilà la gauche avec une fois de plus un beau discours démago.
    « le chômage ne baisse » : depuis plus de 15 ans le mode de calcul du chômage n’a pas changé, il est donc aussi juste maintenant que sous les mandats du dernier gouvernement de gauche qui s’est enorgueilli de l’avoir fait baisser … alors qu’en 1995 il était presque revenu à son plus haut niveau.
    et comment voulez-vous faire baisser le chômage en mettant le smic à 1500e alors que déjà les entreprises de production quittent le territoire français pour s’installer au mieux en europe de l’est, au pire en asie à cause des coûts élevés de production et en particulier de la main d’oeuvre. Je sais de quoi je parle, je travaille dans l’industrie et depuis 3 ans la délocalisation est un phénomène généralisé et qui prend encore de l’ampleur sur ces derniers mois. Mais ça vous feignez de l’ignorer pour plaire à votre électorat.
    quant à votre programme : 50 milliards de dépenses pour 15 milliards d’économies, le reste étant financé par la croissance. On croit rêver !! cette politique est appliquée depuis 20 ans et on voit où elle nous a mené. La dette du pays va encore s’accroitre, comme celle de Clamart où semble-t-il on préfère faire la fête que de gérer utilement (garde médicale en situation financière délicate, voirie en piteux état, centre ville à l’agonie…). Il va être grand temps d’imiter la fourmi pour préparer le futur.
    dépensons, dépensons, … idéologie voilà où tu nous mènes.
    ne m’accusez pas d’être de mèche avec l’ancienne majorité , je ne suis à Clamart que depuis 4 ans et je n’adhère à aucun parti.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *