Entretien à « L’Echo d’Ile-de-France » : un tour d’horizon de notre actualité…
22 décembre 2006
Maxime et sa maman ne seront pas expulsés
3 janvier 2007

La frénésie immobilière du Maire du Plessis-Robinson se fait au détriment de la qualité de vie des Robinsonnais

Photo_frnesie_immo_plessisL’enquête publique sur la révision du Plan Local d’Urbanisme (PLU) du Plessis-Robinson vient de s’achever. Dans ce projet, la municipalité estime qu’en 2015, la population du Plessis devrait s’établir aux environs de 25 500 habitants soit un accroissement de 20 % en 25 ans.

Or, il s’avère que la réalité semble être toute autre. A cause de la spéculation immobilière sans précédent du Maire, qui construit du logement de standing partout où un terrain est disponible, le Plessis-Robinson risque fort dépasser les 28 000 habitants dès 2008 et atteindre les 30 000 habitants en 2015 !

Cette urbanisation à outrance n’est pas sans conséquences pour les Robinsonnais. Pour accompagner ce bétonnage, il faudrait au moins de nouveaux établissements publics (écoles, crèches, halte-garderie) ou réaliser des aménagements indispensables (circulation, stationnement) afin de supporter l’afflux de population. Pourtant, aucun équipement public n’est prévu ! Et la qualité de vie des Robinsonnais continue de se détériorer.

Les Robinsonnais rencontrent déjà d’énormes difficultés pour circuler et se garer dans leur commune. Ces problèmes seront amplifiés.

Quant aux établissements scolaires, ils sont saturés. Depuis 10 ans, alors que près de 2 000 logements ont été construits, aucun nouveau groupe scolaire n’a été programmé. Pour accueillir les nouveaux enfants, le Maire a choisi de « densifier » les écoles existantes. Si bien que nombre d’entre elles se retrouvent avec près de 30 élèves par classe et avec un trop grand nombre de classes.

L’exemple de l’école maternelle de la Ferme est ainsi édifiant. Près de 30 enfants sont regroupés dans chaque classe, alors que des immeubles sont encore en cours d’achèvement dans le cœur de ville. Jusqu’où ira-t-on ?

Malgré cela, le Maire continue sa folie immobilière. Lorsque des surfaces sont occupées par des espaces verts, il n’hésite pas à les détruire pour édifier de nouveaux immeubles, comme à l’angle des rues du Carreau et du Loup Pendu, au Square de la Cité-Jardins où il a rasé 50 jardins familiaux ou face aux immeubles du Square Michel Ange.

Il est vrai que la qualité de vie des Robinsonnais et le respect de l’environnement pèsent bien peu de choses face à ces opérations immobilières de standing.

Les socialistes du Plessis-Robinson ont publié un tract qui recense l’ensemble des problèmes que rencontrent les Robinsonnais face à cette urbanisation massive et démesurée. Je vous encourage à le télécharger en cliquant iciTéléchargement tract_cole_plessis.pdf.

4 Comments

  1. M dit :

    A la lecture de cet article, le méchant maire spéculateur du Plessis devrait être nettement battu en 2008 …
    C’est bien vrai, il devrait remettre le Plessis dans l’état dans lequel il l’a trouvé

  2. Nath dit :

    De toute façon, le maire du plessis, apres avoir betonné sa ville, compte se presenter a clamart aux municipales en 2008…

  3. Sébastien dit :

    C’est incroyable toutes ces constructions. Je suis passé avenue du général leclerc et j’ai vu un immeuble qui était en train d’être construit sur le bord de la route. Je n’ai jamais vu ca de ma vie. Bonjour les nuisances pour les futurs habitants !
    Comment peut on stopper ces constructions incohérentes ?
    Sébastien

  4. Colinas Senpredit dit :

    Seul la ville de Clamart voit son prix de l’immobilier baisser pour facilité l’accès à la propriété au plus grand nombre.
    Colinas Senpredit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *