Tramway Châtillon – Viroflay : nous avons gagné !
13 décembre 2006
La frénésie immobilière du Maire du Plessis-Robinson se fait au détriment de la qualité de vie des Robinsonnais
2 janvier 2007

Entretien à « L’Echo d’Ile-de-France » : un tour d’horizon de notre actualité…

Photo_itv_echo_idf_2_1J’ai accordé un entretien à l’hebdomadaire « Echo d’Ile-de-France », dans son édition du 21 décembre 2006. J’évoque notamment la campagne des législatives que nous avons parfaitement lancée dans notre circonscription avec le grand meeting avec François Hollande à Clamart le 5 décembre dernier. Je reviens également sur l’échec de la politique de sécurité de M. Sarkozy dans notre département et sur mon engagement an faveur du respect de la loi SRU.

Je vous invite à lire cet entretien ci-dessous.

« Rencontre avec

Philippe Kaltenbach, Maire de Clamart (PS) « Nous ferons tout pour gagner, après nous verrons bien »

Maire de Clamart (92) depuis 2001, Philippe Kaltenbach est également membre du conseil national du PS. Il s’est beaucoup investi dernièrement pour défendre le projet de tramway Châtillon – Viroflay, afin que le gouvernement accepte de payer le montant sur lequel il s’était initialement engagé. Aujourd’hui, il peut crier victoire après le Conseil d’administration du STIF le 13 décembre. Par ailleurs, le 5 décembre, François Hollande, premier secrétaire du PS, a choisi Clamart pour lancer la campagne législative dans les Hauts-de-Seine, fief de Nicolas Sarkozy.

Propos recueillis par Jean-Pierre Raymond

« Vous serez candidat aux législatives contre Philippe Pemezec, Maire du Plessis-Robinson. Quelles sont vos chances ?
Bien réelles. C’est une circonscription où le résultat a toujours été serré. Aujourd’hui, sur les 4 communes, Châtillon (30 000 habitants), Le Plessis (20 000), Clamart (50 000) et Fontenay (de 20 000), les 2 dernières sont dirigées par des socialistes, les 2 autres par l’UMP. La gauche a de bonnes chances d’emporter l’élection présidentielle et dans la foulée il y aura à mon avis une vague qui nous permettra d’emporter largement cette circonscription. Même si la droite gagne la présidentielle, la situation restera jouable. En 1997, Pascal Buchet (candidat socialiste) n’avait perdu que de 500 voix et en 2002 la droite l’avait emporté avec 53 % mais face à une candidate verte parachutée et peu connue. Cette fois, la situation est vraiment différente. Je suis maire de la plus grande ville et ma suppléante est conseillère générale de Châtillon.

Un conflit permanent existe avec votre adversaire. Quelles en sont les origines ?
Il y a beaucoup de gens qui sont en conflit avec lui. Je suis loin d’être le seul. Il est très agressif, avec des méthodes politiques virulentes : attaques personnelles, coups bas… En plus, il a les idées de la droite extrême. Il a d’ailleurs dit de lui-même qu’il avait les idées de M. De Villiers et les méthodes de M. Pasqua. Il est révélateur qu’il mette les sections de l’UMP sous sa coupe avec à chaque fois des responsables du Plessis. A Fontenay, c’est un maire adjoint du Plessis, à Châtillon un conseiller municipal du Plessis, à Clamart son chef de cabinet. Les militants locaux ne sont d’ailleurs pas très contents. Il n’est pas très apprécié non plus par l’UDF car il a pris le siège de député de Jean-Pierre Foucher après une primaire sauvage, dans tous les sens du terme.

Philippe Pemezec affirme que l’intégrisme est en hausse dans sa circonscription. Qu’en pensez-vous ?
Il est vrai que l’on voit en région parisienne plus de femmes voilées de la tête aux pieds qu’auparavant. Est-ce un signe ? Les RG ont plus de moyens que nous pour pouvoir le déterminer. Quoi qu’il en soit, c’est un problème sur lequel tout le monde doit être très attentif. Il faut permettre aux musulmans de pratiquer leur religion mais aussi lutter très fortement contre toutes les dérives intégristes. Nous sommes en relation régulière avec la Préfecture et les services spécialisés et ils ne nous font pas état d’une montée de l’intégrisme.

Dans le département de Sarkozy, quels sont les résultats de sa politique sécuritaire ?
Franchement, c’est une catastrophe. Il a supprimé la police de proximité. Résultat, il y a de moins en moins de policiers sur le terrain et ils sont par conséquent moins efficaces. A Clamart, il y avait 130 policiers, il en reste une centaine. Ce n’est absolument pas compensé par les compagnies de CRS qui interviennent ponctuellement. Elles ne connaissent pas le terrain, les interlocuteurs et peuvent être une source de conflit plus que d’apaisement. D’ailleurs, les violences contre les personnes n’ont pas cessé d’augmenter depuis 2001. Cette politique est donc est un échec. M. Sarkozy cherche toujours à en faire porter la responsabilité sur un autre, mais il est quand même ministre de l’Intérieur depuis 4 ans. Il a joué avec le feu et nous sommes en train de le payer. Maintenant, cette augmentation de la violence sert-elle ses intérêts politiques ? Je ne sais pas. Mais il est certain que si les exclus du système ne voient de solution à leur désarroi que dans la violence, cela ne pourra que renforcer ses thèses. Nous irons alors tout droit vers une société de pure répression, sur le modèle américain qu’il voudrait d’ailleurs transposer à notre pays, avec des ghettos, des flambées de violence et des incarcérations à tout va. Pour ma part, je crois qu’il faut que ceux qui se sentent exclus puissent adhérer à un projet collectif (à travers les associations, les syndicats, les partis) pour améliorer leur situation. C’est le sens de mon engagement politique au PS.

Craignez-vous des manipulations à la veille des élections ?
Nous ne sommes jamais à l’abri. Il faut être extrêmement vigilant. On a déjà vu l’opinion basculer sur de fausses informations.

Vous vous étiez réunis avec Pascal Buchet et d’autres maires pour faire appliquer la loi SRU. Où en êtes-vous de ce combat ?
En Ile-de-France, la moitié des villes qui sont en dessous des 20 % font des efforts. L’autre affiche ouvertement une volonté politique de ne pas respecter la loi. C’est scandaleux. Le projet socialiste a repris notre idée d’accentuer les amendes. Certains ont même proposé de rendre inéligibles les maires. C’est une solution extrême et j’espère que nous n’en arriverons pas là. En tout cas, il faudrait supprimer les aides de l’Etat pour les villes qui ne se mobilisent pas. Pour sortir d’une logique de ghetto, il faut des logements sociaux dans ces villes. Si on construit uniquement dans celles qui ont déjà beaucoup de logements sociaux, on va droit à la catastrophe. A Clamart, où le foncier est rare et cher, nous construisons entre 100 et 120 logements sociaux par an. Ce qui est possible à Clamart doit également l’être ailleurs.

Où en êtes-vous de la rénovation de Clamart ?
Clamart a déjà beaucoup avancé en 5 ans. Nous avons inauguré la médiathèque du centre-ville. Nous avons rouvert le théâtre avec une nouvelle salle de cinéma. Nous avons rénové le marché de La Fourche et reconstruit le quartier Bourgogne…

Comme conseiller régional, qu’espérez vous du prochain SDRIF ?
Qu’il mette un peu d’ordre dans l’aménagement de la région parisienne et qu’il permette un développement durable. J’espère qu’un compromis acceptable par tous sera trouvé avant la présidentielle. Plus difficile risque d’être le futur contrat de projet Etat-Région car sur la question du financement, l’Etat se désengage fortement.

Vous souteniez Fabius, mais c’est Royal qui a été investie. Quelle sera la place de votre courant ?
J’ai voté pour la motion de Fabius au dernier Congrès car j’approuvais ses propositions. C’est la raison de mon soutien. Mais je me range derrière le candidat choisi et nous ferons tout pour gagner en 2007. Après, nous verrons bien… »

3 Comments

  1. Bob le marrant dit :

    « Nous ferons tout pour gagner, après nous verrons bien » -> C’est un bien joli programme !

  2. Claire dit :

    C’est bien de lutter contre ceux qui ne respectent pas la loi SRU, mais vous devez aller plus loin : moi, je suis pour rendre inéligible les maires qui ne respectent le seuil des 20 %

  3. Pignon dit :

    Oui, vous pouvez crier victoire pour le tramway !
    En 5 ans, le député Pemezec n’a rien fait.
    Sans être député, Kaltenbach sauve le tramway !
    CQFD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *