Offrir de nouvelles perspectives aux jeunes clamartois
29 mai 2006
Office HLM de Châtillon : la justice saisie
3 novembre 2006

Favoriser l’accès au logement : une priorité des français

Logements_1J’ai récemment pris connaissance sur le site maire-info.com d’un sondage TNS Sofres réalisé pour le groupe immobilier Nexity concernant la politique de logement en France.

Selon ce sondage, une très large majorité (86 %) des Français estime qu’il est « difficile » de trouver un logement et 73 % jugent que les solutions du gouvernement pour régler ce problème sont « inefficaces« . Pour 56 % des personnes interrogées, la place du logement et de l’urbanisme est « importante » dans l’action du gouvernement, mais 41 % sont d’un avis contraire.

A 7 mois de l’élection présidentielle, la question du logement vient en 6ème position (29 %) dans les thèmes qu’ils voudraient voir aborder, derrière l’emploi (69 %), les retraites (41 %), le pouvoir d’achat (41 %), la santé (40 %) et l’éducation (32 %).

Dans tous les cas, ils sont 83 % à être favorables à une « intervention plus forte des pouvoirs publics pour encadrer les prix des loyers et les transactions« . Et 42 % font confiance pour cela aux collectivités locales contre 32 % à l’Etat.

Cette dernière opinion ne me surprend pas. Ainsi, à Clamart, pour faire face à la demande croissante des familles, nous construisons chaque année plus de 200 logements, dont la moitié sont des logements sociaux.

Nous procédons également à des Déclarations d’Intention d’Aliéner qui nous permettent de préempter certains terrains afin d’y bâtir des logements sociaux ou intermédiaires. De même, lors de la dernière modification du Plan Local d’Urbanisme, nous avons repéré des terrains affectés au logement social et avons fixé un ratio de 30 % de logement social dans les opérations des promoteurs privés.

Cet effort en faveur de l’accès au logement est une priorité de l’équipe municipale que je dirige. Je trouve cependant regrettable que nombre de maires refusent de se soumettre à la loi et ne respectent pas la règle de 20 % de logements sociaux dans chaque commune. Je suis par conséquent favorable à ce que ces communes soient plus lourdement sanctionnées financièrement, comme le prévoit le projet socialiste pour 2007.

Ce que nous arrivons à faire à Clamart, où le prix du foncier est relativement cher, doit pouvoir être fait ailleurs, afin de permettre à chacun de se loger dans des conditions « raisonnables ». Et ce, malgré le désengagement financier de l’Etat dans le domaine du logement, qui freine de nombreux projets proposés par les collectivités locales.

Sondage réalisé les 23 et 24 août auprès d’un échantillon de 1 000 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas, interview en face à face à domicile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *